22 octobre 2017

Les Festins de Sardanapale


Je vous avais évoqué ici un souvenir de ma première soirée organisée par Laslo Sardanapale, les soirées " Embrassez qui vous voulez ", basées sur la stimulation de nos
5 sens.






Laslo Sardanapale lance un second concept : les Festins de Sardanapale. Chaque mois, autour d'un dîner, les convives écoutent un intervenant qui anime la soirée, puis se rencontrent, et plus si affinité...
Cette première édition se déroule au bar-restaurant pour couple la Divine Alcôve, privatisée pour l'occasion, et ouverte à tous. L'intervenant s'appelle Jacques-Olivier Liby, président du Prix de la Nouvelle Érotique.

C'est avec ma super-copine-de-sortie Avant Tureuse que je me rends à cette soirée. Nous découvrons la Divine Alcôve, et retrouvons Laslo avec plaisir. On se sentirait presque à la maison en retrouvant des amis et connaissances qui participent eux aussi à cette soirée, l'auteur Clarissa Rivière, la chanteuse Mlle A et son mari, la journaliste Flore Cherry, le photographe Ressan, la chanteuse Julia Palombe. Nous découvrons avec plaisirs les autres participants, qu'ils écrivent, lisent, ou aiment simplement l'érotisme.

Une fois tout le monde arrivé et chaleureusement accueilli par Laslo et par les propriétaires de la Divine Alcôve, nous passons à table. Chacun découvre alors un petit sac rouge de cadeaux et souvenirs de cette soirée. Des places de spectacle, du parfum érotique, un loup noir, un porte-clé... et le sac se remplira au cours de la soirée !

L'intervention de Jacques-Olivier Liby commence. Il nous présente le Prix de la Nouvelle Érotique. Chaque année, la nuit du changement d'heure d'hiver, celle où nous dormons une heure de plus, les 300 concurrents inscrits reçoivent à minuit précise un thème, et un mot final. Ils doivent alors renvoyer leur nouvelle, répondant à ces deux critères, avant 7h du matin. Ils ont donc 8 heures de travail, et surtout de plaisirsss devant eux. Les participations sont anonymes, cachées derrière des numéros, pour ne pas influencer le jury. Ainsi tout le monde a sa chance, de l'amateur qui écrit pour lui son journal intime, aux célèbres auteurs bien connus dans le milieu de l'érotisme.
Je pourrai m'initier d'avantage aux histoires érotiques : on nous offre en avant-première " Ta maîtresse humblement, et autres nouvelles ". Le recueil des nouvelles finalistes du prix de l'an dernier. Le thème était " est épris qui croyait prendre ". Le mot final est " ricochet ". J'ai hâte de lire ce recueil !

Jacques-Olivier Liby débat ensuite avec nous de sa vision de l'écriture érotique. Je m'y connais assez peu, ayant plutôt l'habitude des récits factuels plutôt que des histoires, mais j'apprécie ces échanges passionnés entre les convives

Le délicieux repas est servi, et les discussions divaguent. Nous parlons de libertinage, de rencontres sexuelles et sensuelles, de nos goûts et couleurs. Nous échangeons nos adresses d'établissements libertins, ou d'hôtels envoûtants ( et là on se rend compte que certaines chambres ont vu passer la moitié des libertins de Paris ^^ ).

Avant le dessert, Flore Cherry lance un jeu de questions/réponses pour nous faire gagner des places au salon de littérature érotique qu'elle organise le 26 novembre.

La soirée se poursuit au bar, ou en changeant de place à table pour pouvoir discuter avec d'autres personnes. Nous sommes en milieu de semaine alors ceux qui habitent loin et travaillent le lendemain partent vers minuit. Nous resterons encore un peu, mais devons aussi être raisonnables.

Une proposition aussi indécente que décalée ( et que je n'avouerai jamais, ja-mais ! ) me fera offrir le livre-photos de soirées libertines de Ressan. Et soyons folles, un exemplaire aussi pour Avant Tureuse. Nous finirons la soirée en discutant avec lui, pendant qu'il nous les dédicace.



C'était un excellent démarrage pour les Festins de Sardanapale. Un intervenant passionnant, des participants conviviaux, un lieu cosy, intimiste et son repas délicieux, une pluie de cadeaux... Comme aux soirées Embrassez qui vous voulez, je reviendrai avec grand plaisir ! Bravo à tous !


Cette soirée vue par Clarissa Rivière, et par Avant Tureuse.


21 octobre 2017

La Divine Alcôve, bar-restaurant pour couples


Malgré de nombreuses invitations, je n'étais pas encore allée découvrir la Divine Alcôve, ce bar et restaurant pour couples ouvert depuis bientôt deux ans. L'idée de l'exclusion, plutôt que de la sélection des hommes seuls ne correspond pas à ma vision du libertinage pour tous. Ni à mes goûts personnels en matière de sexualité plurielle. Et les tarifs élevés de la carte me faisaient craindre une déception culinaire, pour des prix justifiés uniquement par un concept unique à Paris ( et en France ).

C'est à l'occasion d'une soirée organisée dans cet établissement, privatisé pour l'occasion un soir de fermeture, que j'ai pu visiter cet endroit. Agréablement surprise, je décidais d'y retourner deux jours plus tard pour le découvrir dans sa configuration habituelle de bar et restaurant pour couples.




Une entrée discrète dans un quartier agréable, l'accueil est très chaleureux. Nous sommes invités à laisser nos manteaux et à prendre place à table. Ce sont de petites tables alignées, les femmes sont sur la banquette, leurs compagnons sur des fauteuils face à elles.
Petit conseil : à la réservation demander une des deux tables qui sont en angle, pour être plus proches l'un de l'autre, et éviter cette fichue table qui vous sépare et vous prive d'une proximité si précieuse et excitante, nécessaire pour une soirée coquine.

Le gérant nous présente sa carte de cocktails d'une variété impressionnante, et qu'il peut adapter à la demande. Je lui ai fait part de mon goût pour les cocktails particulièrement sucrés, et son barman m'a concocté un mélange de fruits et de sirops bon comme un dessert !
Les entrées et plats nous sont détaillés, tous donnent envie, surtout les saveurs exotiques, lait de coco, curry, épices... Avec une mention spéciale pour la burrata crémeuse.

Le restaurant affiche vite complet, quelques couples sont même debouts au bar pour un verre en attendant qu'une table se libère pour dîner. A part un habitué à qui le jean est autorisé, tous sont sur leur 31, dress code de club, robe et escarpins pour les dames, tenue de ville en chemise pour les hommes. Plus tard dans la soirée les corsets et porte-jarretelles apparaitront au fur et à mesure que les robes tomberont. Un privilège réservé aux femmes, leurs compagnons doivent malheureusement rester habillés.

Nos voisins de table semblent tous être des habitués du libertinage, fréquentant clubs ou soirées privées. On échange nos adresses, nos expériences et anecdotes. Assez peu sur les pratiques de chacun, cela reste discret, comme à découvrir plus tard, si affinités ? Je n'ai pas vu de rapprochement entre certains voisins de table, peut-être des échanges de numéros ou de pseudos sur les sites de rencontres pour se recontacter ensuite ? Ou l'attente des danses qui peuvent suivre le repas devant le bar ?
Nos voisins comprennent vite que nous ne sommes pas là dans le but de draguer d'autres couples, eux-même d'ailleurs préfèrent aussi les ambiances mixtes plus débridées.

Le dîner est délicieux et se déroule au son d'une musique lounge qui évoluera progressivement vers une musique plus dansante. Deux ou trois femmes, venues en groupe avec leurs compagnons, investiront la barre de pôle-danse en lingerie.

Et cette fichue table qui nous sépare... Le repas terminé, l'envie de se rapprocher en devient frustrante ! Un court passage au bar pour pouvoir enfin s'embrasser, nous récupérons nos manteaux. Une dernière attention des gérants qui nous offrent un digestif pour l'anniversaire que nous fêtons ce soir là, et nous rentrons, profiter de nous, après cet excellent dîner.




Je suis maintenant rassurée sur les tarifs élevés de la carte : ils sont parfaitement justifiés par la qualité des cocktails et du repas, ainsi que par la convivialité des gérants.
La contrainte de devoir se déplacer pour poursuivre la soirée, avec ce " temps mort " qui fait retomber l'ambiance sensuelle et érotique créée pendant le repas, me fera privilégier la Divine Alcôve pour des premières rencontres organisées par recommandation ou par le net, plutôt que pour un before de soirée. L'idée de faire la connaissance d'une nouvelle personne, dans ce cadre inspirant, avec un repas délicieux, et l'opportunité de se revoir un autre soir me semble une parfaite utilisation de cet endroit.

En espérant un jour des soirées mixtes, un libertinage pour tous. Ainsi qu'un voiturier pour sécuriser l'arrivée d'une femme seule dans le cadre d'un RDV donné à l'entrée de l'établissement.
Je recommande également la Divine Alcôve aux organisateurs d'évènementiel qui recherchent un lieu cosy, un bar-restaurant de qualité, et un service aux petits soins.
Je souhaite une excellente continuation à la Divine Alcôve, et à très vite !

13 octobre 2017

" Les Divaslala " spectacle musical


Un vendredi 13, hasard du calendrier ou superstition positive ?

C'est au théâtre de Ménilmontant que vient d'avoir lieu la première représentation des Divalala. Un trio de chanteuses lyriques, des costumes à paillette, du rouge à lèvre très rouge, une dizaine de paire d'escarpins, des instruments de musiques originaux dont un looper ( il faudra que je vous parle de ma fascination pour le looper ), des idées folles, et une montagne de talent !
Les Divas revisitent des tubes de la chanson française et internationale, souvent a capella, en beatbox, ou en jouant elle-même de la musique. Sur le fil conducteur de " Casser la voix " dont on ne se lasse pas, ces célibatantes chantent les femmes ( femme, femmes... ). Elles nous font chanter, rire, battre le rythme, pour finir par une ovation de la salle debout lors du final. On danserait presque avec elles !

Un spectacle à voir jusqu'en février. Places sur Billetreduc. J'ai passé un si bon moment, j'y retournerai surement ! Avec vous ?







ps : si quelqu'un peut me donner le nom du chanteur affiché en portrait à 1:06, je ne devais pas être née... et je n'ai pas osé demander à mes voisins de fauteuil au théâtre pour ne pas enfoncer le clou du décalage générationnel ^^ merki !

13 septembre 2017

Des copines, des rires, et des photos





Parce que le libertinage mène à tout... Mi-août apparaissent sur mon mur Facebook les commentaires d'amies et de connaissances à propos d'une séance photo que veut monter Anouchka Farlan pour la rentrée. Je la connais en tant que superbe modèle-photo. Et nous nous sommes croisées furtivement lors d'une soirée libertine il y a quelque mois, mais sans avoir eu l'occasion de papoter.
Emballée par son projet de séance photo sur le thème des " orgies romaines ", exclusivement entre filles, je m'inscris tout de suite !

Je connais la majorité des participantes, par leur fréquentation du milieu libertin et/ou BDSM.
Par contre, étant totalement novice en photos nues et érotiques, je ne connais pas les photographes. Renseignements pris, ils sont connus dans le milieu de la photo, et sont ravis de partager le projet d'Anouchka.

Je pose pour des photos à mes cours de danse depuis que je suis toute petite, mais ce sont des photos très sérieuses, supervisées par les professeurs, et qui doivent montrer le travail et les progrès accomplis par les élèves pendant l'année écoulée.
Ici Anouchka nous propose une journée d'amusements, de rires, de complicités. Elle veut que chacune se sente à l'aise face à l'objectif, et surtout quand on est hétéro et qu'on va jouer un rôle saphique. Face à des copines qui déplorent à chaque fois qu'on se croise de ne pouvoir jouer avec moi...ça promet !

Anouchka a eu une autre très bonne idée : nous proposer de conclure la séance photo " orgies romaines " par quelques clichés dans un univers très différent : " latex et BDSM ". En plus des bijoux dorés, des fruits exotiques et des drapés précieux, nous avions donc dans nos sacs ( ou notre valise de 30kg pour certaines ! ) des robes noires ou fétish, des escarpins, et des accessoires de jeux BDSM.



Voici l'article d'Anouchka, publié sur son blog, pour présenter cette belle journée : NSFW, ou alors cliquez quand même pour attirer l'attention de vos collègues ^^ 



Je relaye ici mes trois photos préférées, du photographe Meepat, mes plus beaux souvenirs de cette journée :








                                                   









Un grand merci Anouchka pour cette belle idée ! Ainsi qu'à tous les participants de cette séance photo. Je recommencerai avec plaisir !

Et je conseille cette activité à tous les libertins, pour s'amuser entre amis et partenaires ou comme before de soirée libertine.
Hein quoi ? Qui a dit que toutes étaient restées sages, concentrées, et professionnelles pendant la séance photo ? ^^ 

29 août 2017

Soirée des Célibertins, Eros et Camélia, Licence to Kiss

Après le succès de leur première soirée sur le thème de Marie-Antoinette, l'équipe d' Eros et Camélia a proposé un autre style de sortie : une soirée entre libertins, tous célibataires, entre Célibertins ! L'équipe se transforme en cupidons pour libertins, et ça leur va très bien !


Le thème de cette soirée est : Licence to Kiss. Le message d'accroche est mystérieux, et excitant à la fois :   

Et vous ? Vous êtes plus "Au service secret de Sa Majesté " ou " Dangereusement vôtre " ?


Un dress code d'agent secret est demandé, avec pour exemple l'affiche bien connue d'un film :




 
Mon inscription à la soirée validée par mes cupidons préférés, une consigne m'est donnée : checker mon téléphone 1heure pile avant le début de la soirée. Les agents secrets reçoivent toujours leurs ordres de mission au dernier moment, il faut se tenir prêt !





Étape 1 : trouver le lieu de la soirée

18h30 précise, mon téléphone sonne, une énigme s'affiche, elle donne le nom du bar où les agents secrets sont convoqués. Un petit tour sur google, ma proposition de réponse est envoyée, puis confirmée par les organisateurs. Première étape réussie ! Mon amie Avant Tureuse qui participe aussi à cette soirée, et moi, sautons dans nos robes noires de circonstances, et filons au lieu de RDV.
Arrivées à l'angle de la rue, nous chaussons nos lunettes de soleil pour nous la jouer incognito ^^
Nous sommes accueillies par nos surnoms de la soirée, l'initiale de notre prénom : " Agent C " pour moi. 
Note personnelle : la prochaine fois je m'inscris sous un faux prénom/pseudo en X, ou en Q, ça sera encore plus drôle !


Étape 2 : tableau de chasse

Un verre en main, après une présentation aux Agents déjà présents, il faut prendre la pose. Un Polaroïd sert à nous prendre en portrait ( qui sera restitué à la fin de soirée en souvenir ), pour constituer le tableau de chasse de la soirée. La troupe des agents secret d'Eros et Camélia s'aligne sur une table au fond du bar, en attendant le début des jeux coquins.
Le dress code est bien respecté, costumes, chemises, robes du soir, escarpins, lunettes de soleil, et armes de séduction massive dans les décolletés plongeants. J'aime les thèmes aussi bien suivis, les efforts des convives, et l'ambiance que cela dégage. C'est à la fois élégant, et très sensuel !

Étape 3 : jeux de groupe, décrypter le premier code

Les premiers jeux de la soirée se jouent par équipe. Chaque Agent reçoit un petit morceau de papier contenant des inscriptions illisibles et un signe d'équipe. Il faut alors demander à chacun de comparer nos morceaux de papiers, pour trouver les pièces d'une sorte de puzzle. Un excellent moyen de faire le tour de tous les convives, de se présenter, de rigoler, et... de se creuser les méninges pour comprendre comment assembler le puzzle !
Je n'ai pas honte d'avouer que mon équipe et moi avons mis un certain temps à comprendre le schmilblick.

Étape 4 : décrypter le second code

En échange du puzzle complété, le Maître du jeu donne à chaque équipe un pliage d'origami, orné de dessins. Et pour seule consigne : trouver le code qui ouvre le cadenas du coffre, un cadenas à 3 chiffres. On a bien essayé de lui faire avouer ce que contenait le coffre, mais le Maître est muet comme une tombe. Pour le moment...
Heureusement j'avais un papa dans mon équipe ! Les jeux d'enfants comme les origamis n'ont plus de secrets pour lui, et il a vite trouvé comment plier et déplier le machin pour faire apparaître le code ! 3 chiffres, un nombre limité de possibilité, le cadenas a vite lâché son secret, youpi !

Étape 5 : stratégie et triche !

Le coffre révèle son trésor : des billets de banque à l'effigie d'Eros et Camélia. Chacun reçoit la même valeur, pour commencer le jeu coquin individuel : un bisou donné fait gagner des point, un bisou reçu fait monter sa cote sur le tableau de chasse, ou baisser je ne sais plus comment fonctionne cette histoire de cote... Bref c'est chacun pour soi, et la concurrence est féroce ! Les filles minaudent pour obtenir des bisous, les gentlemen mettent un genou à terre pour proposer un baise-main. Moi je crois que j'ai manqué de stratégie : je suis allée papoter avec un Agent timide qui me plaisait bien, dans l'espoir d'obtenir un bisou. Alors qu'en voler semblait être une tactique bien plus rentable ! Arf mon côté romantique... 
Le jeu ne dure qu'une demi-heure, le Maître compte les 3 minutes restantes, et là il faut se ressaisir ! Trop tard pour voler plein de bisou, avec 2 autres Agents nous négocions auprès du Maître le " trisou-compte-double ". Bien content de voir cette initiative plurielle, il accepte de doubler nos points. Yes !
Ce ne sera malheureusement pas suffisant pour gagner ce jeu individuel. Avant Tureuse se fait rétrograder de sa première place parce qu'un prétendant, se sachant perdant, lui a filer ses points en douce, mais pas assez discrètement. 
Bien mal acquis ne profite jamais...
Les 2 gagnants ex-aequo repartiront avec une entrée pour la prochaine soirée Eros et Camélia. 37 points pour eux, 9 pour moi, je ne suis pas une bonne stratège...

Étape 6 : dîner entre Célibertins

Les jeux coquins sont terminés, les Agents se retrouvent par affinité autour du dîner. C'est comme en club libertin ou en soirée privée, mais avec des discussions orientées sur le libertinage des célibataires. Il n'est pas question d'échangisme ou de soirées réservées aux couples. Mais de triolisme ou de pluralités, et de soirées ouvertes à tous avec ou sans parité. Il est aussi question de rencontres en duo pour celles et ceux qui les pratiquent. De nos " compagnes et compagnons " de sorties quand nous souhaitons les partager. Et de la recherche de l'âme soeur, libertine bien évidement.
D'ailleurs 2 " couples " nouvellement formés nous quitteront avant la fin du dîner, pressés d'aller... ailleurs ! Je suis ravie pour eux !
Le patron du bar étant lui-même libertin, et son établissement possédant des rideaux, il autorisera un 3ème nouveau " couple " à ne pas attendre d'être ailleurs pour faire plus ample connaissance. Mission accomplie pour les cupidons de la soirée.

Étape 7 : After en club libertin

Il est déjà tard quand le dîner se termine, les cupidons ont prévu de finir la nuit dans un club. Ils proposent à leurs Agent de les y accompagner.
Je resterai sage pour cette fois, la soirée de jeux coquins et le dîner m'ont comblée, et il est déjà bien tard.
Je récupère mon Polaroïd, mon maigre butin de points, et une carte de fidélité offerte par le charmant patron du bar. 
En partant avec Avant Tureuse, nous débriefons sur cette belle soirée. Vivement la suite d'Eros et Camélia ! 


Un grand merci aux organisateurs, au patron du bar, ainsi qu'aux Agents qui ont tous si bien joué le jeu.