29 décembre 2009

► Quiz érotique ◄ 1/13



J'avais entendu parlé des " Cahier de vacances érotiques " de la Musardine, j'ai donc acheté le Vol. 2 pour essayer. C'est beaucoup plus cérébral que je ne l'imaginais ( moi qui m'attendais aux niaiseries des sexo quiz style Biba ou Femme Actuelle qu'on voit chez le dentiste) ! J'ai donc besoin de votre aide pour remplir mon cahier.
Chaque article de cette série " Quiz érotique " posera une des questions du cahier ( de celles que je peux reproduire, ne se reposant pas sur une image ou un dessin). Je vous laisse quelques jours pour y répondre. Attention on ne triche pas ! ( sinon c'est menottes, fouet, cravache, la totale quoi ! ) Et je donnerai la réponse avec la prochaine question.


* Question 1 : Accesoires de films *

Faites correspondre les objets ci-dessous en vis-à-vis de la description tirée des films dans lesquels ils apparaissent.


A) un bikini blanc B) des lunettes en forme de coeur C) un fouet D) un collier de chien avec un anneau pour y accrocher une laisse E) un short en jean F) un collier de perles G) des gants noirs H) une petite culotte I) des bottines à lacets J) une ceinture de chasteté

1) Le complice d'un jeu érotique dans Cet obscur objet du désir, de Luis Bunuel, en 1977, adapté d'un roman de Pierre Louys.
2) Le premier ( et d'ailleurs le seul ) vêtement que Rita Hayworth ôte lors d'un simulacre de strip-tease, dans Gilda, de Charles Vidor, en 1946.
3) Ce derrière quoi la très jeune Sue Lion se dissimule pour mieux séduire James Mason dans Lolita, de Stanley Kubrick, en 1962.
4) La seule parure dont Sylvia Kristel décore ses seins sur la célèbre affiche du film Emmanuelle, de Just Jaeckin, en 1974.
5) L'arme favorite de Halle Berru lorsqu'elle devient féline dans Catwoman, de Pitof, en 2004.
6) Le vêtement de petite taille qui n'empêchait pas Christine Boisson de se masturber devant une photo de Paul Newman dans Emmanuelle, de Juste Jaeckin, en 1974.
7) Ce dont se passe fort bien Sharon Stone dans Basic Instinct, de Paul Verhoeven, en 1992.
8) Ce que choisissait de porter Ursula Andress pour sa première apparition à l'écran dans James Bond contre Dr No, de Terence Young, en 1962.
9) Ce que ses maîtres adoraient dans le costume de femme de chambre porté par Jeanne Moreau dans Le Journal d'une femme de chambre, de Luis Bunuel, en 1963.
10) La seule décoration du corps de la belle Corinne Cléry dans Histoire d'O, de Just Jaeckin, en 1975.



Voilà ! à vos stylos !

ps : vous ne ferez pas pire score que le mien, je n'ai vu aucun de ses films, je connais juste la mythique scène de Basic Instinct...

25 décembre 2009

Joyeux Noël !




Je vous souhaite à tous un
Joyeux Noël !


20 décembre 2009

Rencontre blogeurs 2/2 : Récit

Suite de la première partie : les dédicaces aux invités de cette rencontre de blogeurs du 5 décembre au No Comment.
N'arrivant pas à rédiger un récit de cette soirée qui me plaise ( je l'ai recommencé 5 fois, sans jamais être satisfaite du résultat ), j'ai proposé à F, mon accompagnateur pour cette soirée, de prendre la plume à ma place.

Je ne vous résumerai donc rapidement que la pré-soirée : L'arrivée chez F et S à peine chargée de ma plancha, mon gâteau au chocolat et mon sac d'affaires pour la soirée. Les crevettes au piment cuites sur ma plancha pour le dîner. Les tergiversions entre F et S sur " riz ou purée de légumes verts avec les crevettes ? " ( j'ai tranché : les 2, ça c'est de la préservation d'entente cordiale inter-couple de pro ! ). Le litre de coca ( au moins ) à 3. Douche. Habillage. Maquillage. Coiffure. Vernis à ongle. On est partis ! Et à l'heure prévue en plus !

Voici donc le récit de F :



Chers lecteurs de ce magnifique Blog... comme promis, avec un certain délai il est vrai, voici F. qui vous relate la soirée du 5 décembre au No Comment.
Pour rappel, il s'agissait pour quelques blogeurs et leurs amis, de se retrouver "en chair et en os" et pour la première fois concernant certains.
Le tout en un lieu sympathique, en l'occurrence le No Comment, que Missdactari vous a déjà décrit dans un précédent article.

Première chose : trouver le club... mon GPS qui n'est pas de toute jeunesse a tendance à me faire prendre les virages 100m trop tôt ce qui nous vaut la désagréable confrontation au panneau rouge barré de blanc...

Malgré tout le club reste facile à trouver, proche de la place de l'Étoile et des Champs Elysées, dans le quartier du Pink Paradise et de Hustler pour ceux qui connaissent (certes ce n'est pas la même ambiance).

La rue de Ponthieu est étroite, et remplie de bars et autres établissements branchés. Autant dire qu'un samedi soir, elle est prise d'assaut.
L'entrée du club est trouvée, elle est très discrète : une simple porte de couleur foncée, le logo du No Comment, rien d'ostentatoire.
La crainte monte de ne pas trouver à se garer, la rue propose assez peu de places, toutes prises... Je me prépare à déposer Missdactari devant le club (talons obligent) pendant que j'irai trouver un parking souterrain hors de prix dans le quartier. Pourtant Missdactari m'indique que le site du No Comment fait mention d'un voiturier, dont les services se montent à 10 €.
Cela parait intéressant s'il n'y a pas à ajouter le prix du parking lui même.
Malheureusement il ne se montre pas, pourtant nous sommes tout juste à l'heure (23h).
Après quelques minutes, un jeune homme qui attend devant la porte du club éveille nos soupçons, et renseignements pris il s'agit bien du voiturier... très avenant, il ira garer le cabriolet... 10 mètres plus loin. ;) Ces gens là ont décidément leurs petites astuces et secrets tels les concierges des grands hôtels, et tout cela mérite bien 10 € après tout.

Nous voici donc devant la porte, nous sonnons et l'on nous annonce que le club n'ouvre pas encore ses portes (des clients venus dîner n'ont pas encore terminé leur repas).
Quelques couples viennent nous rejoindre au fil des minutes qui passent.
Une charmante eurasienne, qui me fait penser à Tia Carrere (oui, j'en ronronne rien que d'y penser) regarde avec un sourire amusé les hommes seuls au volant de leur Mercédès, regardant l'entrée du club et l'attroupement d'hommes et de femmes pour le moins élégants, le regard interrogateur (tiens, c'est quoi ça le No Comment ???). Elle n'hésite pas à commenter d'un "non non, ce n'est pas pour toi !" lorsqu'ils ne sont visiblement pas à son goût.



On nous laisse finalement accéder au club, l'entrée se fait dans un large vestibule, sur notre gauche notre hôtesse demande nos prénoms et prend nos manteaux.
Je sors mon portefeuille, et d'un air à peine excédé elle m'indique que l'on paye en repartant et qu'il y a du monde derrière qui attend, et par conséquent on lui fait perdre du temps.
Pas des plus chaleureux comme accueil, à l'inverse de la décoration de cette première pièce, à la fois cosy et feutrée, couleurs rouge bordeaux et noir, éclairage tamisé, décoration savamment dosée... A la suite une autre salle plus grande mène à un escalier descendant dans le club à proprement parler, pendant qu'un autre monte vers la partie restauration et le fumoir.
Sous ce dernier escalier, des toilettes et un petit coin causette, que nous mettrons à profit.



Très vite les Libertango arrivent. C'est la première fois que Missdactari et moi même les voyons en club "sec" et donc habillés pour l'occasion d'autre chose qu'un paréo ou une serviette.
Leurs tenues sont en ligne avec nos attentes, ils ont vraiment bon goût.

Nous faisons ensuite la connaissance de CUI (je ne connaissais pas encore son blog, erreur réparée depuis) accompagné non pas d'une mais bien de deux charmantes accompagnatrices, M. et R.
Suivent Mr Chapeau puis Sofree, tous les deux très élégants également.

Mel'Ody et Kess se font attendre, et nous discutons donc, refusant un premier "tour du propriétaire", afin de partager cette découverte avec eux. Le petit salon de l'escalier est donc le bienvenu et permet d'engager les discussions.
R. me fait très bonne impression, elle dégage quelque chose auquel je suis particulièrement sensible, sans pouvoir l'expliquer en détail (elle est grande, a une certaine carrure... je suis sous le charme).

Nos derniers blogeurs arrivent enfin, après s'être fait désirer.
Mel'Ody doit encore se changer, après quoi nous pouvons enfin descendre l'escalier (celui qui mène au Paradis n'est il pas sensé monter ? celui là s'enfonce pourtant...)

Nous faisons donc le tour des installations : le bar, présenté en photo sur le site du club, est imposant. La piste est aménagée avec soin (parquet, luminaires digne d'une discothèque) et entourée de coins lounge bien disposés. La décoration est dans l'ensemble de très bon goût, encore une fois le dosage est le bon, et surtout, l'endroit donne l'impression d'être refait depuis peu.



A une extrémité, face au bar, un couloir mène vers les coins câlins... tout d'abord nous passons devant les toilettes, le tout très propre, bien fournis en divers produits et petites serviettes.
Suit un angle avec sur la droite la salle aux miroirs. C'est la première fois que j'en vois une intégralement recouverte desdits miroirs, hormis au sol !
Elle est assez grande et équipée d'une banquette sur laquelle 3 couples peuvent s'installer.

Suivent à l'enfilade deux cabines fermant à clé, dont une avec une décoration marine très réussie. Un dernier virage mène à une petit alcôve dotée d'une croix de St André, puis une grande salle équipée d'un lit d'une largeur jamais vue, très encourageant à vrai dire.
Sur le coté de ce lit, l'accès à une salle plus sombre, dotée de plusieurs sofa zébrés ayant l'air très confortables.


Dans un premier temps, nous allons nous trémousser sur la piste et buvons un verre, le choix musical me sied tout à fait, ce qui n'est pas forcement le cas en club sec, j'apprécie donc d'autant et profite de ces instants "verticaux" avec Missdactari, qui a l'air aussi d'apprécier.


Une première virée vers les coins câlin nous amène vers la salle avec la décoration marine, dotée d'un très grand matelas confortable, lumière feutrée, et une partie rehaussée qui tombe à pic pour poser nos affaires.
Je vous vois sourciller chers lecteurs, et bien je vais vous décevoir... certaines étreintes doivent rester secret d'alcôve.
Une petite anecdote cependant : nous laissons la cabine ouverte à l'initiative d'un couple qui serait inspiré de nous rejoindre.
Un couple nous rejoint en effet, mais après quelques minutes, nous nous rendons à l'évidence. Aucune approche ne se fait, pas d'échange de regard.
La seule chose qui les attire, sont les 3 m² de matelas que nous pouvons partager avec eux tout en gardant nos aises.

Il en sera donc ainsi...

Nous retrouvons nos hôtes à l'étage, dans le petit coin "discussion" évoqué en début de ce billet.
Nous sommes avec Missdactari en retard sur le rythme du groupe, qui termine sa discussion alors que nous venons de les rejoindre.
Un second round se profile bien vite, et nous décidons de remettre ça pour "rattraper notre retard".
Nous laissons quelques uns de nos blogeurs dans la salle marine que nous occupions auparavant, l'ambiance étant déjà torride, et le nombre de participants semblant adéquat.


Nous expérimenteront donc un très beau canapé proche du très grand lit... lequel lit est occupé par un de nos amis bloggeurs et deux ravissantes jeunes femmes dont R. qui se révèle subjuguante à mes yeux une fois dénudée.
Mais je ne suis pas en reste, mon accompagnatrice est splendide et délicieuse (Miss je t'interdis de censurer cette phrase !) T'as vu j'ai pas censuré ^°^
Nous aurons l'opportunité de tester le grand lit par la suite... testé ET approuvé :)

Comme à l'habitude, la rétractation du temps fera son effet comme dans tous les lieux de perdition lorsque l'on est en bonne compagnie, et l'heure est déjà bien avancée...

Nous frôlons les 4 heures du matin et le grand lit se vide de ses occupants, le silence se fait dans le club.
Il n'y a pas d'horaire stricte de fermeture, mais il nous semble que la température de la clim a été baissée (ou est ce seulement la chaleur humaine qui fait défaut ?)

Le temps est venu, bon gré malgré, de se rhabiller et d'aller prendre congé de ceux de nos hôtes qui sont encore présents.

Les manteaux et autres affaires récupérés, le voiturier, qui se souvient de nous, a déjà amené la voiture à l'entrée du club.

Ambiance détendue au cœur de la nuit parisienne, nous reprenons le chemin du retour, satisfaits d'avoir découvert, à la fois un nouveau club, et d'avoir mis un visage sur des pseudos.

Vivement une prochaine rencontre entre blogeurs libertins !



Merci F. pour ta contribution, premier guest star de ce blog.
Je refais un gros bisou à tous les blogeurs présents à cette soirée.
Vivement la prochaine !

17 décembre 2009

Libertin ! Club Li-ber-tin !


A recopier 50 fois, les voyelles en rouge et les consonnes en bleu.


Souvent je vois sur les forums différents noms pour désigner ces lieux de débauche. Club échangiste, boite échangiste, club d'échangisme... Et je ne peux m'empêcher d' étaler ma culture en expliquant d'un club échangiste çà n'existe pas, c'est un mot apparemment à la mode ( comme il fait bien de dire qu'on est échangiste ).


Donc un club échangiste qu'est-ce que çà serait ? Un club réservé aux couples ( merci pour moi, célibataire, je n'ai personne à échanger ), où la seule pratique observée est l'échangisme ? Couple X et Couple Y se rencontrent, Mme X câline avec Mr Y, pendant que Mr X câline avec Mme Y. C'est tout ? Et s'il nous prend l'envie de faire autre chose on se fait rappeler à l'ordre par le directeur du club ? Et si Mr X a une envie pressante, Mme X est obligée de l'accompagner au petit coin plutôt que de l'attendre en bonne compagnie au bar, au cas où il oserait en profiter pour jeter un coup d'oeil aux coins câlins et passer pour un Mort-De-Faim auprès des couples échangistes en action ? Quel dommage de se limiter à l'échangisme !


Donc un club libertin, c'est plus que çà, beaucoup plus que çà ! Déjà j'ai le droit d'y aller toute seule, en formant un couple avec un accompagnateur, en formant un trio avec un couple, en formant un trio avec 2 hommes, à 4, à 5, et plus si affinités. Et ensuite ? Duo, voyeurisme, exhib, côte-à-côtisme, mélangisme, échangisme, trios, partouze ( dîtes-moi si je me trompe dans cet ordre croissant du vice )... On peut tout y faire, du moment que c'est entre adultes consentants, et dans le respect des règles d'hygiène du club. Exemple : si on apporte sa bombe de chantilly pour jouer à lécher son conjoint plein de chantilly OK, mais on laisse le coin câlin nickel en partant ( véridique ! on me l'a demandé par mail si çà se faisait d'apporter ses jeux en club lol ! ). C'est quand même mieux qu'un club " échangiste " vous ne trouvez pas ?


Petite précision : je n'ai absolument rien contre l'échangisme ( et les couples le pratiquant ), je le fais moi-même parfois quand je sors en formant un " couple " avec un partenaire. Mais trop de gens considèrent que le libertinage est une affaire de couples échangistes qui utilisent cette excuse pour pouvoir sexer avec une autre personne, tout en surveillant son conjoint, juste au cas où...


Pour rire : quand je rencarde des hommes en club, souvent ils me demandent avant avec un air inquiet " en club, tu t'échanges ? " ( comprenez " tu t'occupes de moi toute la soirée, ou tu me laisses tomber tout seul comme une vieille chaussette si tu trouves un gibier plus prometteur ? " pour les grands timides, ou alors " j'ai des chances de me faire une autre nana pendant que tu seras avec son mec ? " pour les très enthousiastes ). Je réponds " oui, je m'échange avec moi-même, mais n'étant pas bi c'est galère ". Devant leurs airs de total incompréhension je reprends donc mon speach échangisme/libertinage, et là ouf ils sont rassurés ( ou pas héhé ).


Et donc l'éternelle question :

Bonjour, nous sommes un couple, et nous recherchons une femme seule, pour former un trio et tester les envies de bisexualité de madame. C'est possible en club ?

En club échangiste non : pas de femme seule, elle n'a rien à échanger, donc pas d'échange ( ^^ ). Et pis j'ai démontré que çà n'existait pas de toute façon.

En club libertin oui. Mais les femmes seules s'y font rares ( 3% de la clientèle disent certains sondages). Sur celles qui y sont, toutes ne recherchent pas un câlin avec un couple ( certaines préfèrent un homme seul, des hommes seuls ). Celles qui recherchent un couple ne sont pas toutes bi. Et d'autres encore recherchent du libertinage de " qualité " entre libertins aguerris, donc ne prennent pas le risque de " perdre " leur temps et leur plaisir avec des débutants, sûrs ni de leur libertinage, ni de la bisexualité de madame. Pour reprendre le titre d'un topic de Doctissimo : trio HFF ou la quête du Grââl ? Oui, si on ne sort en club que dans cet objectif, la déception est quasi assurée. Non, si on laisse le temps au temps de tomber un jour sur une belle rencontre.


ps : j'anticipe les futurs mails ^^ je ne suis ni bi, ni intéressée par un trio HFF. Merci ;)

14 décembre 2009

Non je ne craquerai pas !




Aidez-moi amis lecteurs... dissuadez-moi de me ruiner dans cette magnifique robe sur laquelle je bave depuis quelques semaine ( de chez Patrice Catanzaro) .
J'attends vos arguments de choc !
J'ai déjà :
- les robes moulantes au dessus du 36 il vaut mieux éviter...
- mon banquier qui va adorer cette folle dépense
- ma mère qui pourrait tomber dessus même au fond du placard
Non non je ne craquerai pas !

11 décembre 2009

La jeunesse d'aujourd'hui...

Ma petite soeur de 18 ans a une conception assez personnelle des relations amoureuses. Je l'entendais hier papoter avec une copine dans sa chambre ( juste à côté de la mienne, j'entends tout, quelque fois gênant, parfois pratique, souvent très instructif, très souvent à hurler de rire, rhalala ces ados...). Elles parlaient des films Twilight ( que toute ado normalement constituée a vu ).

Résumé d
e ma soeur : " en fait le vampire, quand il voit la nana, comme elle est trop bonne, il ne sait pas si il doit la bouffer ou se la sauter ".

Sympa les coups de foudre ado-vampiresque !

ps : est-ce que quelqu'un aurait vu ces films pour nous dire si le résumé de ma soeur est objectif ou pas ?
et sinon il est bien ce film ? ou c'est un navet ? ( çà serait fâcheux, les vampires çà se combat au pieux, à l'eau bénite, et aux oignons... pas aux navets )



Edit : je viens de creuser le sujet avec ma soeur " mais tu ne crois pas qu'il l'aime tellement, que çà le ronge de l'intérieur, qu'il ne peut pas se résoudre à la vampiriser ? "
réponse : " t'es sûre que c'est pas les vers de son cercueil de vampire qui le rongent de l'intérieur ? "

j'abandonne...
on reprendra cette discussion dans quelques années ( ou pas...)

7 décembre 2009

* Club * No Comment

Club fermé le 15 juillet 2011, et reconverti en boite de nuit clubbing.
Retrouvez l'équipe du No Comment au Taken Club.

http://www.nocommentclub.com/

Y aller, se garer :
A 5min de la place de l'Etoile, petite rue étriquée, un miracle d'y trouver une place, sinon des parkings très proches, mais le service voiturier à 10€ est sans doute plus facile et surtout économique.

Accueil :

Peu aimable, on nous dema
nde de " passer la seconde " pour déposer nos sacs et manteaux, parce que du monde attend derrière nous.

Déco
:

Décor "cosy-art déco" très réussit, et très bien entretenu ( semblant neuf ).


Piste de danse :

Un vrai parquet, 2 podiums avec barre de pole dance, un miroir sur tout un côté de la piste, des spots au plafond, une machine à fumée, encadrée de coins lounge. Parfait !


Coins câlins :

Thèmes variés : salle des mir
oirs, cage, cabine de bateau, immense lit à baldaquin, canapés... Mouchoirs et poubelles à disposition. Mais je n'ai pas vu de distributeurs de préservatifs ( et on ne nous en a pas donné à l'accueil ou au bar ). Les matelas/lit sont recouverts de tissus, plus esthétique et confortable que le skaï, mais moins hygiénique... Le problème de ces coins câlins, c'est qu'il en faudrait juste le double, beaucoup trop petits par rapport au nombre de client ( d'un samedi soir ), à l'heure de pointe impossible de trouver un ( petit ) bout de matelas pour s'installer, obligé d'attendre que des personnes quittent les lieux pour prendre leur place.
Douche : Une seule douche pour tout le club, mais elle a l'air de suffire ( bonne climatisation, il ne fait pas trop chaud, peut être moins d'envie de douche ). Savon, déo, bain de bouche et serviettes à volonté.


Bar :

1 soft offert, consos suivantes payantes ( mais je n'ai pas pensé à regarder les tarifs ).
L'avantage du bar est sa grande longueur, tout le monde peut y accéder facilement sans avoir à jouer des coudes.

Buffet :
Buffet de bonbons et de morceaux de fruits frais (fraises tagada, crocodiles, melon, pomme) au bord de la piste de danse toute la nuit, excellente idée les fruits plutôt qu'un verre pour se désaltérer d'une petite soif.
Resto :

Je n'ai pas testé le resto ( arrivée au club à 23h, pour l'ouverture de la partie " club " ).


Clientèle :

Pas mal de jeunes ( 25-35 ans ), et assez pe
u de plus de 45 ans. Des hommes seuls repérés en soirée couple ( mais pas de femme seule repérée, hormis celle qui nous accompagnait bien sûr ). On dit ce club " select ", les femmes y sont belles, mais je m'attendais à des tenues plus " libertines ", voir au moins plus " soirée ", que des tenues justes " correctes " pour certaines ( des jupes de tailleurs, petit haut sympa, bottes ). De superbes robes et chaussures à talons, mais qui font un ensemble étrange avec les tenues de ville.

Ambiance :

Piste et bar : excellente, des gens souriants, qui pren
nent plaisir à danser ou papoter.
Coins câlins : soirée assez soft, des couples n'ayant pas peur de s'exhiber ( tous coins ouverts, ou au minimum une fenêtre ), mais assez peu de mélanges ( voir plus ) entre couples.

Couloir des coins câlins : les gens attendant une petit place... qui papotent à haute voix ( comme je l'
ai fait, avant de m'en rendre compte et de baisser le ton ).

Points positifs :

La déco très belle, la " vraie " piste de da
nse, la diversité des coins câlins, le service voiturier. Un forum sur le site, contenant des infos sur le club ( et des réponses du staff, très rapides ), et un service de rencontres entre clients.

Points négatifs :
Coins câlins beaucoup trop petits par rapport au nombre de clients.
Pas de préservatifs à disposition. Poubelles ouvertes, pas forcement plaisant de voir des mouchoirs et des emballages de préservatifs... un joli couvercle décoratif réglerait çà.

Y retourner ? :
Oui, en mixte, pour voir si l'ambiance y est moins soft, ou en after work pour profiter du tarifs avantageux ( je trouve ce club assez cher, justifié par la déco et la piste, mais pas par les coins câlins ). Et resto à tester.




6 décembre 2009

Rencontre blogeurs 1/2 : Dédicaces

Je dédie cet article à un groupe de blogeurs pour notre " soirée rencontre " d'hier soir au No Comment.

Nous nous sommes connus par blog interposés, puis par mail.

Quand nos bloggeurs Hollandais ont eu l'occasion de venir en week end à Paris, nous en avons profité pour sortir ensemble, et pour ma part découvrir un nouveau club.


Un gros bisou à ceux que je connaissais déjà : les Libertangos, Lady S et M Chapeau.
Bienvenu à CUI et ses charmantes accompagnatrices.
Merci à Mélody et Kess pour l'organisation de cette soirée.

Et un énorme bisou à F, mon accompagnateur.


suite -> Rencontre blogeurs 2/2 : Récit