18 septembre 2010

Se déguiser en " libertine " ?


Cet article sera très subjectif, puisqu'il fera référence à mes goûts personnels. Voilà c'est dit.



Ma question est très simple : pourquoi pour de ( trop... ) nombreuses personnes, " libertine " rime-t'il avec " pute ", au point de vue vestimentaire ?


Quelle horreur de voir en club des femmes portant des robes ( enfin si on appelle ça des robes ), alors soit microscopiques, soit 3 tailles trop petites, soit ridicules, soit vulgaires, soit mal coupées, soit avec le soutien-gorge qui dépasse, etc... la liste est longue...






Quand " libertine " rime avec " sexy ".


Je ne comprends pas pourquoi une femme, au moment où elle se prépare à sortir en club, choisi ce bout de machin en résille rose fluo, acheté sur un site dit de " robes libertines ", vendu en taille unique ( donc taille mannequin à la poitrine qui tient parfaitement bien ). Cette femme se retrouve donc : ridiculement boudinée ( c'est une femme, pas une mannequin anorexique ), la poitrine ballottant ( c'est une femme, pas une poupée sur-gonflée ), et surtout vulgaire.

Parfois pour compléter le tableau elle a le string avec le papillon en paillette à l'arrière, les faux ongles qui empêchent de sortir sa CB du distributeur de billet, et le maquillage d'une voiture volée.

Mais elle ( ou parfois juste son mari...) se trouve sexy, s'éclatera à s'exhiber à la barre de la piste de danse, c'est légitime, ce n'est pas tous les jours qu'elle peut profiter de cette tenue.
Beaucoup d'hommes aimeront, elle aura une foule à ses pieds, fera son show, et plus si affinité.
Elle est heureuse, décomplexée, vivante !
Grand bien lui fasse.

Mais pourquoi ce besoin de passer pour une pute du bois de boulogne pour faire sa soirée libertine ? Est-ce qu'elle serait tout aussi libertine d'esprit si elle était en jean ? Est-ce que la tenue lui est indispensable pour rentrer dans la peau de son personnage de libertine ? Est-ce qu'avant de commencer à baizer elle a besoin d'autres rituels indispensable en plus du déguisement ?





Quand " libertine " rime avec " sensuelle ".



Je considère une sortie libertine comme un évènement important. Même si il peut se reproduire 3 fois dans la semaine, il reste un évènement, et donc je m'y apprête.
Trop souvent j'ai vu des femmes en clubs qui visiblement avant de sortir avait enfilé leur robe de " libertine ", hop la paire de talons qu'on a pour sortir, éventuellement un coup de peigne si on a le temps, et c'est parti pour la soirée.
Mais pour moi un évènement mérite plus que ça.
Pas tellement en temps passé dans la salle de bain et devant la penderie ( avec l'habitude on apprend à s'apprêter vite ), mais juste en adéquation avec la soirée prévue.


En club libertin, je veux plaire par ma présentation, mon charisme, et ma sensualité.
Je veux être sensuelle et élégante, pas sexy.
Attirante, pas bandante ( pas au premier coup d'oeil du moins ^^ ).
Qu'on voit l'aura d'une allure générale, pas un cul exhibé.
Une personne que l'on a envie de séduire, pas d'allonger ( pas au premier coup d'oeil du moins ^^ bis ).


Donc exit les déguisements de putes. Je préfère de loin une tenue moins dénudée, mais diablement plus sensuelle. Robes, ou jupe et haut, je n'ai pas de préférence, peut être aux robes, en une seule pièce elles sont plus pratique en coins câlins.
N'ayant pas l'intention d'être ridicule à marcher en canard, je limite la hauteur de mes talons à ce que je sais porter. Et n'étant pas maquilleuse professionnelle je préfère y aller molo sur les pinceaux, effet " nude " plutôt que voiture volée.



Ensuite il y a la question de la taille des vêtements. Rares sont les femmes qui comme moi font de grandes tailles, et qui en sont consciente... J'ai l'impression que ces femmes ont tellement envie d'être " belles " pour sortir, qu'elles en oublient qu'elles seront beaucoup plus belle dans leur 42 habituel, que dans le 36 des mannequins, ces " belles " femmes, elles...
Sauf que le boudinage, c'est moche, la femme qui tire sur sa jupe ou remet sa poitrine dans sa robe, c'est ridicule. Alors autant assumer son corps, et s'habiller en conséquence ( ou se bouger pour que ça change, si on ne supporte pas son état ), une femme épanouie est beaucoup plus attirante qu'une complexée qui essaye de se cacher derrière son bout de tissu.



Mais tout cela reste une question de goûts. Je n'aime pas les femmes déguisées en putes, et je suppose qu'elles me trouvent déguisée en " Hippodrome de Longchamps ", et se demandent bien pourquoi je me la joue classe pour baizer ( c'est vrai que baizer dans une robe à 2/3 de smic c'est compliqué tellement on a peur de l'abîmer, mais les meilleurs clubs l'ont compris et mettent des portemanteaux dans les coins câlins ).
Mais pour moi une sortie libertine, ce si bel évènement, c'est l'occasion d'allier 2 plaisirs : le libertinage, et la tenue de soirée.



On me pose souvent la question des finances : des robes de soirées coûtent plus cher que des robes " libertines ".
Oui c'est vrai. C'est un choix que je fais des dépenses de mon budget de loisirs.
Sauf que les robes de soirées sont doublement rentabilisées : en soirées libertines, mais aussi en soirées verticales ( anniversaire, mariage, etc...).


Le débat sur l'élitisme dans le libertinage est récurent, et tout le monde le pratique.
Les plus férus du non-élitisme-si-on-est-vrai-libertin-on-aime-tout-le-monde le pratiquent bien évidement eux aussi, s'ils ont le choix, ils ne sont pas attirés par les personnes dont ils n'aiment pas le physique/comportement/tenue vestimentaire, ils les acceptent en orgie, noyés dans la masse une fois tout le monde nu ça passe ( mais chut faut pas le dire trop fort ).
Quand je vois des personnes charmantes, déguisées en pute, la seule réflexion qui me vienne à l'esprit c'est " quel gâchis... ", et au cours de la soirée c'est vers d'autres personnes que je me tournerai.



Avant de m'attirer les foudre de celles que je viens de qualifier de " putes " ( humour ! ) je conclurai juste par : " qui se ressemble s'assemblent ", les clubs libertins ou les soirées privées sont assez nombreux pour que chacun trouve le type de clientèle dont il a envie, sans avoir à " subir " une ambiance qui ne plait pas.


Et la petite anecdote pour la fin : dans un sas de club, devant moi une grande blonde, un corps de podium, un visage angélique, mais... le soutien-gorge triangle en lamé doré, sur une micro-jupe en cuir rouge, avec des cuissardes à clous. Elle et son accompagnateur sont refusés à l'entrée, moi dans ma robe de soirée je passe. J'ai très clairement lu dans son regard exorbité vers moi le " mais !!! elle est plus moche que moi elle !!! pourquoi elle rentre et pas moi ??? ". Le videur, devant leur insistance a tranché " l'élégance est de mise lorsqu'on sort ". cqfd.

14 septembre 2010

Au sens propre

Une discussion intitulée " anecdotes libertines ", lancée par Libertango sur le forum Doctissimo, me fait penser que je ne vous ai pas raconté mon dernier fou rire libertin.

Sas, sonnette, ouverture de la porte, entrée dans la pénombre de l'accueil, le videur veut comme à notre habitude me faire la bise, mais j'esquive : " Je suis désolée je suis trempée ! "


Sourire malicieux " Quoi déjà ? C'est x qui va être content ! " ( mon accompagnateur qui arrivera quelques minutes plus tard )

" Non non ! Je suis vraiment trempée ! C'est le déluge dehors ! "


Le videur plisse les yeux dans la pénombre, et constate qu'effectivement j'ai bravé l'averse entre ma voiture garée 3 rues plus loin et le club.
Je n'ai plus qu'à filer à la salle de bain me sécher les cheveux,
heureusement mon trench spécial je-sors-de-la-maison-sans-montrer-à-maman-que-j'ai-mis-une-robe-pour-"aller-au-ciné-avec-une-copine" a épargné ladite robe.

Et je suis fin prête quand mon accompagnateur arrive !




( et trempée... dans l'autre sens du terme cette fois ^^ )


2 septembre 2010

Libertine sans frontière - Récit


Présentation des personnages



J'avais rencontré Mélody et Kees, sur le forum Doctissimo, il y a presque 1 an déjà. Nous nous étions vu rapidement lors de leur visite à Paris en décembre dernier, et depuis nous parlions souvent de ma visite hollandaise, et de la découverte de leur club de prédilection, le Fun4Two. Ce printemps, rdv est pris ! Ce sera le dernier week end du mois d'août, proche de l'anniversaire de Mélody et du mien. Sont aussi conviés des amis bloggeurs ou forumeurs : M. Chapeau, Lady S. , Goormand et Goormande. Un week-end à 7 libertins, chez un couple d'entre eux, à l'étranger moi qui parle anglais niveau mat sup' ( 3ème année de maternelle ), avec une soirée privée le premier soir, et la soirée au club le lendemain, c'est une grande première pour moi ! Et depuis juin on ne parlait plus que de ce week end !





Départ pour la Hollande



Vendredi matin, nous sommes partis M. Châpeau, Lady S. et moi avec seulement 30min de retard sur le planning, ce qui est tout à fait raisonnable nous connaissant. Les Goormands, obligations professionnelles oblige, partiront dans l'après-midi, je ne peux les attendre, la première soirée est pour dans quelques heures. Une fois le poisson rouge de Lady S. gavé de croquettes pour tenir 3 jours, et ma tonne de bagage chargée dans la voiture de M. Chapeau, nous prenons la route, suivant les instruction de Mélody en parallèle du GPS.
Au passage de la frontière sous le déluge, M. Chapeau nous annonce " et voilà le paysage de hollande ! ", Lady S et moi lançons en coeur " mais elles sont où les tulipes ??? ". Donc pour info : les tulipes c'est au printemps, il n'y en a plus en août... Un comble la hollande sans tulipe ! Heureusement on a trouvé du gouda, le gouda c'est mieux que les tulipes, il n'y a pas de saison pour le gouda ( oui on régresse sérieusement son QI en week end libertin avec des potes déjantés ).
Plus nous avançons, plus la température baisse et les gouttes de pluie grossissent, jusqu'à ce que je GPS annonce " bienvenue au pôle nord ! ", arrivés devant chez Mélody et Kees, tout sourire à leur fenêtre. Je serre ma Mélo dans mes bras, enfin on se revoit ! Signe de bienvenue, le ciel s'éclaircit, ce qui nous permet de partir tous les 5 en ballade dans la ville. Je nous ai trouvé pipelettes tous les 3 dans la voiture à l'aller, mais là à 5 c'est une vrai basse cour, en franco-anglo-hollandais, qui refait le monde et le libertinage. Au point que nous ne voyons pas l'heure tourner, et que nous nous mettons en retard pour la première soirée du week end, Mélo et Kees y sont invités, et je les accompagne, nous sortirons à 7 le lendemain. Nous rentrons rapidement à la maison, Mélo et moi envahissons la salle de bain, pendant que les autres s'occupent du dîner à réchauffer. Nous dînons rapidement, confions le soin à M. Chapeau et Lady S d'accueillir les Goormands qui arriveront bientôt, et nous filons.





Soirée pluralité masculine à l'hôtel


Ce vendredi soir, xXx, un amant libertin de Mélo et Kees organise une soirée pluralité masculine, dans une grande chambre d'hôtel. Nous serons 3 couples, 7 hommes, et moi, donc 4 femmes et 10 hommes ( puis 3 et 9 en seconde partie de soirée, un couple devant partir tôt ). C'est une première pour Mélo et Kees qui sortent en club en soirée couple, et qui n'avaient fait qu'une seule soirée privée, mais avec un équilibre H/F. Mélo est dans tout ces états, nous sommes en retard et elle appréhende cette soirée. Dans la voiture pour y aller, plus elle s'inquiète, plus je retiens mon fou rire, et plus j'ai hâte d'y être ! Nous arrivons à la porte de la chambre, en rez-de-chaussée, donnant sur le jardin. Les rideaux sont tirés. Kees frappe. Un homme nous ouvre, je reconnais aussitôt xXx dont j'ai vu quelques photos. Kees et Mélo rentrent, passant sur le côté du rideau pour le maintenir fermé aux regards indiscrets d'éventuels autres clients de l'hôtel. Je passe moi aussi ce rideau, et manque de renversée Mélo, scotchée sur le pas de la porte : soirée pluralité.... Les hommes ont entendu frapper à la porte, ils ont interrompus leurs discussions, se sont levés par politesse et attendent de voir apparaître les retardataires sous le rideau, leur verre à la main ( les 2 autres femmes papotent assises sur un des lits ). Mélo se tourne vers moi, je ne lui laisse pas le temps de s'évanouir " avance Mélo je ne peux pas fermer la porte derrière moi ! ". xXx vient à son secours en lui indiquant la penderie ou ranger nos sacs et manteaux, à l'opposé de l'entrée, au fond de la chambre. On lui aurait dit que Léonardo ( ou Orlando, je ne suis pas difficile ^^ ) l'attendait dans la penderie, elle n'y aurait pas couru plus vite ! Je la suis, mais en donnant une bise ou une accolade à tous les convive au passage, prise d'un fou rire en cours de route quand on me débite la 12ème phrase en hollandais, avant d'embrayer sur " ho ! it is the french friend of xXx !!! she came from Paris ! " ( enfin en gros ce que j'ai compris avec mon niveau d'anglais ). Les présentations sont faites, nous sommes invités à prendre un verre au buffet, xXx me demande ce que je veux, devant la traduction des différents noms de jus de fruit je prendrai un coca, et Mélo se jettera sur le vin à défaut du placard. Kees de son côté a déjà engagé la conversation avec d'autres invités. xXx nous annonce que nous sommes ( enfin... ) au complet, tamise les lumières, et monte le son de la musique. Par hasard ( ou presque ^^) je me tiens entre un couple d'espagnols anglophone, et un homme qui parle lui aussi anglais, nous pouvons donc presque communiquer, et je suis aidée par cette femme adorable, qui rit de mon accent, mais me donne le vocabulaire que je cherche. J'apprendrai qu'elle est venue ce soir pour profiter de la pluralité masculine ( " me too " ), et que c'est 2 grands lits séparés d'une vitre à verre légèrement fumé sont vraiment pratique pour se séparer de son mari, tout en profitant du spectacle qu'ils vont mutuellement se donner. Je me tiens donc vraiment très bien placée pour siroter mon coca, et je sens que je viens de me faire une super copine. Une difficulté souvent évoquée en libertinage c'est de devoir " lancer les hostilités ", avec si possible un peu plus de finesse que le " c'est quand qu'on baize ? ". D'habitude cela ne me pose pas de problème, je vais vers les personnes qui me plaisent, et je leur demande si ils veulent ( au choix : ) monter ( pour des coins câlins à l'étage ), visiter la chambre ( pour des soirées à domicile ), faire un tour ( pour une soirée de plein pied), etc... Mais là je préfère laisser l'organisateur de la soirée, xXx, gérer, c'est SA soirée, et je trouverai déplacé que la petite française attrape des hommes et les viole alors qu'on en est presque encore à faire les présentations. De plus comme nous sommes tous dans cette même grande chambres d'hôtel, tout le monde commencera en même temps c'est une évidence, donc il faut laisser le temps à chacun de prendre ses marques, ranger son manteau dans la penderie, se présenter, etc... C'est donc xXx qui prendra la première initiative en... jetant Mélo dans les bras de Wendy, la 4ème femme de la soirée. Une entrée en matière originale pour une soirée pluralité masculine, mais il fallait nous rassurer Mélo avant qu'elle ne finissent le vin. Quand elle a compris ce top départ, ma nouvelle copine espagnol est allée abordé l'homme avec qui elle jouait du regard pendant que nous papotions, un dernier clin d'oeil vers moi, je la rassure d'un sourire : je prendrai soin de son mari ! Les récits érotiques n'étant pas du tout de mon registre je ne saurai pas vous décrire les ébats de cette soirée, imaginez donc qu'environ 1 à 2 minutes après l'attaque de Mélo sur la malheureuse Wendy, plus personnes ne portait le moindre vêtement. Soirée faite de trios, mais surtout de ce que l'ont pourrait résumer " bordel de pluralité orgiaque ". Un rafraîchissement au buffet, une douche et ça repart ! La configuration de la chambre est avantageuse : 2 grands lits voyeurs entre eux, quelques fauteuils autour, moquette au sol, douche pour 2 personnes à la fois, baignoire, les possibilités de jeu sont nombreuses. Il faudra cependant que j'explique à Mélo le concept de la " pluralité masculine ", le duo féminin avec les hommes en spectateurs, n'osant pas déranger ce spectacle qui leur plaît tant, c'est hors concept ça ! Mais bon... je ne vais pas me plaindre, quand les 2 femmes sont ensemble ( ma nouvelle copine espagnole était déjà partie à ce moment là ), qui est-ce qui console les hommes qui n'aiment pas spécialement le voyeurisme ? Quand les applaudissement fuseront je rirai intérieurement : et non ce n'était pas pour moi, seulement en trio FHH je suis hors concours par rapport à la prestation de Mélo et Wendy. Il est 1h30 du matin, la chambre ressemble à un champ de bataille, les draps sont en vrac sur les lits, lesdits lits ont bougé d'une dizaine de centimètres, des vêtements sont jetés ici et là, les poubelles débordent de préservatifs, verres, papiers de bonbons, et bouteilles vides, la salle de bain est un hammam, la chambre aussi d'ailleurs ( 14 personnes qui kokine sans pouvoir ouvrir la fenêtre sur le jardin de l'hôtel, et avec une seule VCM au dessus de la baignoire, les murs ruissellent ! ). Je crois que tout le monde aurait continué la soirée avec joie ! Mais demain nous ressortons, ils faut être raisonnable et rentrer dormir. La soirée s'achève avec notre départ ( le départ des femmes, Wendy et son mari ne souhaitent pas rester sans nous ). Nous remercions tous nos partenaires, des hommes absolument exemplaires, et surtout nous remercions xXx, pour son invitation, et sa soirée menée de main de maître. Le départ se fait en catimini, chacun son tour sous le rideau, pour ne pas attirer l'attention de l'hôtel, à pattes de velours filant dans la nuit ( trop fastoche en talons aiguilles sur les pavés...) nous rejoignons la voiture, et attendons d'avoir fermé les portières pour laisser éclater notre enthousiasme ! Mélo et Kees sont comblé par cette nouvelle expérience de pluralité, et cette soirée très satisfaisante. Depuis le temps que je leur disait que, bien organisé et bien géré, c'était top comme concept ! :D Mais on ne m'écoute jamais pfff...




Journée camp de vacance



Ce qui est frappant dans une maison pleine de libertins en week-end coquin, c'est qu'il y a toujours un couinement suspect ( mais parfaitement identifié ) quelque part. Ma chambre se trouvant entre celle de Mélo/Kees et celle de M. Chapeau/Lady S, je vous laisse imaginer ! Le samedi, en fin de matinée, les Goormands nous rejoignent à la maison ( ils dorment à l'hôtel juste à côté, faute de place chez Mélo et Kees ), et la petite troupe se met en route pour une visite de la grande ville la plus proche, un petit tour par la fête foraine installée sur la grand place, et un lunch dans un café traditionnel ( la viande sauce cacahuette-paprika et bien finalement contre toute attente c'est bon ! ). Encore une fois c'est une joyeuse troupe qui papote en flânant sous les quelques percées de soleil. Et encore une fois nous sommes pris par le temps, la visite du Love Shop sera pour un prochain week end. De retour à la maison, les Goormands à leur hôtel, chacun se prépare pour la soirée au Fun4Two. Les Goormands arrivent pour l'apéro : mon tiramisu maison fait le matin même, et le champagne débouché par Kees pour fêter notre soirée docti-internationale. Il est l'heure de partir, mais horreur ! Nous avons oublié les photos souvenir que nous voulions faire avant de partir au club ! Vous l'aurez deviné : nous nous mettons donc en retard pour faire quelques photos souvenir.






Soirée au Fun4Two



Départ retardé par les photos + autoroute fermée pour cause de travaux + pluie diluvienne nous obligeant à ralentir par sécurité + erreur d'itinéraire à cause de la déviation + surveillance constante des voitures de M Chapeau et Goormand qui nous suivent, nous arrivons au Fun4Two avec presque 1h de retard, il y a beaucoup de monde ce soir, plus que d'habitude selon Mélo et Kees, ce qui met Mélo dans tout ces états, et qui bizarrement rassure tout le reste de la troupe. L'accueil est plutôt froide, le personnel a l'air un peu débordé par cette foule, surtout que M Chapeau, Lady S et les Goormands doivent faire faire leurs cartes de membres ( moi en tant que solo accompagnant un couple je n'en ai pas besoin ). Nous montons au vestiaire déposer sacs et manteaux, et arrivons enfin dans la grande salle principale qui comprend le bar, le lounge, et la piste. Première claque visuelle : " et ça c'est juste la partie disco ??? ", mais c'est immense !!! Seconde claque : c'est immense certes, mais noir de monde, et derrière nous des clients arrivent encore à l'entrée du club. En file indienne nous traversons la piste pour aller au buffet où nous arrivons à trouver de la place pour nous 7 à la même table. Nous grignotons rapidement, démangés par la visite guidée par Mélo et Kees que nous attendons depuis des semaines ! Le club, à l'entrée, devrait fournir un plan à chaque client vu la taille de l'établissement et le labyrinthe d'escaliers se croisant ! La réputation du Fun est bien réelle : c'est Eurodisney pour adultes ! Grand, déluré... fun ! Après la visite c'est le crash test " tu saurais retrouver le vestiaire ? " heu... on va danser ! Fou rire ! Il est largement l'heure de la lingerie, donc nous repassons au vestiaire y laisser nos vêtements en trop, et nous descendons sur la piste, profitant sans complexe de l'open-bar ( tout en restant très raisonnable sur l'alcool ). La température montant sur la piste, Mélo propose d'aller vers les coins câlins, et la file indienne reprend sa route. Devant l'affluence de clientèle ce soir, nous prenons le premier coin disponible, qui sera très sympa pour notre " bordel orgiaque ", mais qui malheureusement est trop petit et ne permet pas d'accueillir d'autres joueurs. 3 couples viendront successivement essayer de participer, ils seront accueillis avec le sourire ( de ceux qui ne sont pas trop occupés pour leur sourire ^^ ), mais après quelques caresses furtives, comprendront que la pièce ne leur permettra pas de vraiment s'amuser, et nous quitterons, d'un clin d'oeil. La " salle du tigre ", et donc, depuis ce week end, rebaptisée " salle du conseil des doctis " ( oui c'est la règle, chaque club libertin a sa salle du conseil des doctis, celle que le premier groupe de docti aura étrennée ). Une pause s'impose, et nous émigrons vers la partie balnéo et son bar. Puis un passage par la piste de danse, et chacun retourne ensuite vers l'endroit qui lui fait le plus envie. Je me retrouve à l'espace tantra avec Mélo et Kees. Pôvre Kees... bref ! En sortant du tantra nous croisons les Goormands, chacun repart vers son activité favorite, mais les groupes ne sont plus les mêmes. 4h30 du matin... déjà... nannnnnnnnnnn ! ( le club ferme en théorie à 4h ) On menace de squatter le jacuzzi quoi qu'il arrive ! Sauf qu'on n'avait pas vraiment prévu l'arrivé du tuyau d'arrosage d'eau froide et de la serveuse nous implorant de la laisser faire le ménage de la balnéo avec son tuyau. Vestiaire, et nous quittons à regréts le Fun ;( A défaut de piquer le parapluie " Fun4Two " du voiturier, c'est le dessous de verre que nous emporterons en souvenir.





Journée camp de vacance - Bis



Seconde nuit ( enfin plutôt fin de nuit et grasse matinée ) chez Mélo et Kees, certains remettront le couvert le soir au retour du Fun, d'autre le dimanche matin au réveil ( j'en soupsone certains d'avoir pris les 2 horaires, insassiables ! ). Les Goormands téléphonent comme prévu à midi pour nous prévenir de leur heure d'arrivée : ils disent finir de se préparer, et venir, mais arriveront 2h plus tard ^^. Nous papotons, nous surfons sur le net, nous lisons des magasines rigolos de Mélo, quand l'idée de photos de la peluche en forme de lapin rose de Goormand nous fait nous retrouver en modèle photo adeptes de peluches, sous l'oeil de l'appareil photo ( et plus si affinité ). Le temps file encore ( c'est vraiment un réel problème la distorsion de temps en moments libertins ). 17h, on devrait être partis... Nous rangeons le lapin rose ( et le bazar mis dans le salon ) et bouclons nos valises pendant que les pizzas réchauffent. Un dernier repas pris tous ensemble, et il faut rentrer.







Retour en France



M. Chapeau et Lady S sont les premiers prêts à partir, moi je rentre avec les Goormands pour changer et avoir pu papoter avec tout le monde en voiture, Goormande fini sa cigarette pendant que nous faisons coucou à la voiture de M. Chapeau qui s'éloigne. Un dernier gros câlin ( se serrer dans les bras, et habillées, je vous voir venir ^^^) à ma Mélo, une bise à Kees, et nous partons. Parce qu'on est vraiment trop fort, quand 2h après nous nous arrêtons sur une aire d'autoroute pour se dégourdir les jambes, et soulager la conduite de Goormands, nous croisons M. Chapeau et Lady S, re bises, et re départ. Les Goormands me déposent à ma voiture laissée chez Lady S, une demi heure plus tard je suis dans mon lit, épuisée, triste d'être rentrée, mais tellement heureuse de ce week end !
Merci à la troupe aussi délurée que géniale !
Merci à xXx pour sa soirée parfaitement organisée !
Merci le Fun pour être le Fun !
Et enfin merci Mélo et Kees pour votre accueil si chaleureux chez vous !







Photo que je trouve très sympa, prise avant d'aller au Fun4Two : tout le monde par couple au fond, pôvre de moi toute seule devant, pfff vivement qu'on se mette en route, ils m'embêtent avec leurs photos ! ^^




Récits croisés, ce week end vu par :


Goormand :
http://blog.libertin-goormand.net/2010/12/09/lapin-sauce-hollandaise/

Mélody :
http://www.melodylibertine.com/2010/09/doctis-aux-pays-bas-vendredi.html
http://www.melodylibertine.com/2010/10/premiere-soiree-pluralite.html
http://www.melodylibertine.com/2010/10/doctis-aux-pays-bas-samedi.html
http://www.melodylibertine.com/2010/12/doctis-aux-pays-bas-dimanche-entre.html


* Club * Fun4Two

http://www.fun4two.nl/

Y aller, se garer :


Aux Pays-Bas, le club se trouve à quelques mètres à peine après la sortie d'autoroute, caché derrière la forêt, mais repérable par la grille décorée d'anges à l'entrée du domaine. On se gare dans le jardin de cette ancienne ferme, aidé par le voiturier qui fait placer les voitures.


Accueil :


L'accueil est assez froid, la création de la carte de membre du club et l'encaissement plutôt longs.



Déco
:


Le club est situé dans une ancienne ferme, un monument classé ( classé x ? ^^ ), avec l'architecture traditionnelle hollandaise... qu'on n'oublie immédiatement une fois dedans ! Gigantesque, titanesque, ahurissant, délirant, il n'y a pas assez de mots pour décrire la
déco de ce club. La dominance " libertine " habituelle de rouge et noir, mais surtout une profusion à donner le tournis.


Piste de danse :

La grande piste de danse se trouve au rez-de chaussée, entre le bar, la cabine de DJ et le restaurant. Sol de danse en dur, barre de pole danse, lumières, podiums, et lounge tout autour, c'est le point névralgique du club.


Sauna/Hammam :


Immenses, 15-20 personnes chacun, mention spéciale pour l'architecture du sauna, avec sa grande baie vitrée et son balcon.



Jacuzzi
:


A mi-chemin entre le
jacuzzi ( pour les bulles ) et la piscine ( pour le côté à débordement ). Eau réellement chaude. Bémols : l'interdiction d'y avoir des rapports n'est absolument pas respectée ( et le staff passe devant sans rien dire ), et il pique yeux et gorge ( ce qui est rassurant : la quantité de produits chimique doit compenser les soucis d'hygiène ).


Douche :

2 grands douches open
space pour y aller à plusieurs, et un douche froide pour les adeptes de hammam traditionnel : un sceau d'eau froide qui se déverse en une fois sur le baigneur. Et une salle de bain donnant sur le vestiaire.


Espace tantrique :


C'est une zone de 4-5 pièces séparées de fins voilages, dans chacune 3-4
matelas-éponge, musique zen, et huile à disposition, pour des massages relaxants. Le silence y est demandé, et par habitude je pense, la clientèle s'en tient aux massages et " finitions " discrètes, ce havre de calme est si plaisant qu'on a envie de le préserver.


Coins câlin :


Exercice de mémoire difficile...


Alors commençons par la zone de coin câlin " labyrinthe " une dizaine de coin de tailles variées, avec pour thème :
glory hole, salle de gynéco, théâtre sexuel ( un grand matelas sur une estrade, avec des fauteuils devant ), mezzanine, canapé, etc ...

Ensuite il y a le
mini-amsterdam, ou l'allée centrale d'eurodisney, avec banc, lampadaire, petite maison, une dizaine de coin, dont le SM et la blackroom.

Puis le " orgie
zolder ", réellement le grenier du club, avec échelle pour y monter, pas de hauteur sous plafond, donc on s'y déplace à 4 pattes sur le sol fait de matelas-éponge qui fait toute la surface.

Poubelle, préservatifs et
sopalin à disposition partout.


Bar :


Open bar
soft et alcool, très bien géré : je n'ai pas vu de clients ivres, et les verres vides sont rapidement débarrassés.


Buffet :


Le buffet se trouve sur une mezzanine, avec vue sur la piste de danse. Servi et
réapprovisionné en continue, il mélange plats hollandais et plats de viandes ou légumes connus ( ouf ! ^^ ). Un espace grillade permet de faire griller soi-même ses brochettes, c'est amusant, mais à réserver quand il n'y a pas trop d'affluence. On peut se resservir à toutes heures, de ce que l'on veut.


Tarifs et carte de membre :


50€ par personne, donc 100€ pour un couple.
Le tarif comprend l'open bar et le buffet ( le parking est gratuit ). Pour les couples une carte de membre à 25€ est obligatoire à la première visite. Les solos n'en ont pas besoin, puisqu'ils ne viennent qu'avec un couple membre.


Clientèle :


Clientèle hétéroclite, avec une majorité de - de 35 ans. Le dress code du club demande une clientèle sexy, malheureusement la limite avec la vulgarité est très mince.
Certains s'amusent à " habiller " leur tenue de sous-vêtement ( obligatoire à partir de 22h ), avec par exemple un déshabillé sur les sous-vêtements, ou des accessoires ( noeud
pap', cravate, etc...), c'est original !


Ambiance :

J'ai découvert ce club avec un groupe d'amis, l'ambiance de notre petite troupe était excellente, donc tout nous a paru joyeux, chaleureux, et orgiaque. Mais mon avis n'est pas objectif ( à cause de mes
supers amis ^^ ). Pour ce que j'ai vu ( très accaparée par mes amis ) : la clientèle est souriante, la piste de danse animée, et la sexualité affichée.


Points positifs :


Le premier sera sans la moindre hésitation : l'extravagance disneylandesque de l'architecture et la décoration du club, ainsi que sa taille pharaonique par rapport aux clubs parisiens, les grands espaces à la compagne ont du bon !

Puis les détails juste techniques, mais si agréables : parking sur place, open bar, buffet à toute heure. Le mélange club sec et club humide était une nouveauté pour moi, et c'est appréciable d'avoir le choix des activités.


Et enfin ce petit " plus " que je n'ai pas testé : le club propose des cottages dans le jardin, avec une formule entrée club + fin de nuit au cottage, et accès à la piscine extérieure en journée ( minimum 2 nuits ).



Points négatifs :

Je n'ai pas trop accroché au concept du passage en lingerie à 22h, parce qu'on ne peut profiter de la tenue " habillées " qu'une seule heure, parce que je trouve que se promener en culotte manque d'élégance ( même une belle culotte sur une superbe femme, elle reste une femme qui se
promène en culotte ^^ ), parce que les hommes restent pieds nus et les femmes en talons, j'avais peur d'un accident, et pour les embouteillages créés au vestiaire, entre ceux qui arrivent poser leur manteau et ceux qui reviennent se mettre en lingerie.

Quelque
réticences à descendre dans le jacuzzi où des personnes ont des rapports sexuels, mais vu la quantité de chlore j'ai été rassurée sur l'hygiène qui devait tenir la route.

Et enfin trop habituée aux clubs parisiens, j'ai trouvé que la clientèle manquait globalement d'élégance, avec quelques mauvaises surprises ( la
nuisette en résille 3 tailles trop petite pour l'effet saucisson, le string léopard, le bikini lamé or à froufrous rouges, ou les converses sur un homme en caleçon après 22h ).


Y retourner :


Oui, l'extravagance du club et son potentiel libertin font oublier la déception de la présentation de la clientèle, j'ai donc très envie d'y retourner.

Et surtout pour retrouver mes amis hollandais que j'adore !

Mais c'est là que ça va poser problème... je n'arrive pas à compter combien de fois je dois y retourner pour pouvoir un jour avoir testé TOUS les coins et moindres recoins du club.
Une solution serait de proposer à mes amis et coach du Fun4Two, de mettre au point un programme de week-end hollandais périodiques et réguliers, qu'en pensez-vous ? ^^

5h de route c'est vrai que ça commence à faire long, mais elles en valent vraiment la peine !
Je me renseignerai sur le train ou l'avion pour la prochaine fois, c'est peut être plus pratique.