2 septembre 2011

Beverley ( ciné porno Paris )

http://cinebeverley.com/





 




J'en avais eu des échos allant de " bof bof " à " oubliable ", en passant par " mais tu as tous les clubs ! il ne te servirait à rien ce ciné porno ! ". Rien de très enthousiasmant donc...
Mais ma curiosité était piquée ( ou peut être juste un comportement réactionnaire " n'y vas pas ", rho mais si j'y vais ! et toc ! ).

A l'occasion de mon anniversaire, nous avions prévu avec mon amant préféré, de sortir dans un club que j'apprécie, pour y fêter au mieux mes
19
23 ans.
Et si on profitait du temps que nous avons devant nous aujourd'hui pour passer découvrir le Beverley avant notre soirée ? L'attrait de la nouveauté nous appelle, nous nous retrouvons donc dans la rue du Beverley ce mercredi, vers 15h30.



Un pas de porte défraîchis, une loge encombrée d'affiches de films porno de quelques décennie et des paquets de kleenex à vendre, un vieil homme qui nous accueille et nous encaisse 12€ par personne.
Avant que nous nous tournions vers la porte d'entrée de la salle de cinéma, il nous lance l'air joyeux une recommandation :

- " Si vous êtes embêtés à l'intérieur, venez dans ma loge, je vous offrirai un café "

Ha ? Donc si il y a un soucis à l'intérieur, ce sont les personnes embêtées qui dégagent, pas celui/celle/ceux qui auront causé du tort ?
Je ne m'insurge pas, mais mon à priori négatif ne fait que s'enfoncer un peu plus...

Nous lui assurons que " ça va aller " ( sans rentrer dans les détails du pourquoi on a la certitude absolue qu'on va gérer comme les pros que l'on est ^^ ), et nous poussons les lourdes doubles-portes de la salle de cinéma.



Ma première impression est étonnante, et bien loin de ce que j'imaginais !
Je voyais une salle rectangulaire, avec le côté " écran " le plus grand, je voyais 4 ou 5 rangées d'une douzaine de sièges : c'est l'inverse, le rectangle de la salle est inversé ( plus profonde que large ), il y a une quinzaine de rangées de 7-8 sièges chacune.
Je voyais de grands et confortables fauteuils : ce sont des rangées de fauteuils lambda, comme dans n'importe quel cinéma.
Je voyais 2 ou 3 habitués du lieu pour un après-midi de semaine : c'était rempli à 90% au moins ( je l'ai su après : le mercredi c'est le jour d'affluence, le jour du renouvellement des films de la semaine ).

Je cherche des yeux 2 places contiguës, craignant de ne pas en trouver, mais ouf mon ami en repère à l'extrémité du dernier rang ( que je n'avais même pas vu dans le noir ! ).

Nous nous asseyons, et je me retrouve avec mon trench et mon sac à main sur les genoux. Mince qu'est-ce qu'on fait de nos affaires ? A part par terre sous nos sièges je ne vois pas... Donc si on vrille en partouze, on doit aussi surveiller mon sac à main, l'idée me déplaît vraiment...
Comme s'il était télépathe, l'homme de l'entrée vient me proposer de garder mon sac dans sa loge. Mouais... ben nan je le garde sous mon siège, une anse autour de ma cheville, et on avisera.


Enfin installés, il est temps d'observer.

Pour commencer le film sur le grand écran devant nous.

Je croyais le Beverley spécialisé dans les films " anciens ". Ce n'était pas le cas. Nous avons vu des films des années 2000. Assez classique dans le domaine du porno, rien d'extravagant ni de novateur. Dommage ! J'aurai préférer rester dans la réputation du Beverley avec un porno " ancien ", ou voir quelque chose d'original.

Ensuite la clientèle.

Comme je l'avais lu sur le net, la clientèle se répartit en salle en fonction de ses attentes. Les premiers rangs sont pour les personnes venues voir le film. Ils sont blindés, et par des clients qui regardent le film sans jamais jeter un coup d'oeil derrière eux.
Les rangs du milieu sont pour les personnes qui viennent regarder le film, et qui sont aussi intéressées par ce qu'il pourrait se passer derrière.
Et enfin les derniers rangs sont pour l'action. Peut être pour cela que des places sont laissées libres, dans l'attente de couples ou de femmes ? Ou juste parce que la majorité de la clientèle vient pour regarder le film.

Sur la soixantaine de personnes présentes, des hommes dont 2 ou 3 n'ont pas les cheveux blancs, 1 couple ( qui regardera le film ). Et nous.
Je commence à avoir l'habitude de ces situations, même si bien sûr je suis un peu déçue.
Mais ce n'est pas grave, nous venions surtout pour une première découverte d'exhib, le reste attendra la suite de notre journée-anniversaire.

Quelques minutes passent. Elles me confirment que je n'ai strictement aucun intérêt pour les films porno ( même si l'acteur est crousty-fondant, et que ce qu'il fait à sa partenaire me plairait bien ). Tout cela reste trop virtuel pour moi.

Pas captivée par le film, je ne peux que remarquer que nous ne passons pas inaperçus. Quelques hommes restent debout dans l'allée au niveau de notre dernier rang, alors qu'il y a quelques places libres dans la salle.

Je remarque autre chose dans l'ambiance de cette salle : l'accès aux toilettes est juste à côté de l'écran. Ce qui fait que toutes les 2 minutes une personne passe devant l'écran ( aller et retour ). Qu'est-ce que ça doit être embêtant pour ceux qui regardent et apprécient le film !
Je chuchote à mon ami " ils ne peuvent pas attendre l'entracte pour aller faire pipi ? je sais qu'ils sont vieux mais bon la prostate ça se soigne quand même ! ".
Il se moque de moi " ben tu sais rester un quart d'heure avec la main collante c'est quand même pas cool... "
Ha... j'avais oublié qu'on était dans un cinéma porno dont les paquets de kleenex sont payants...

Bon avant de s'endormir passons à l'action ! Tropoti-tripota, je zape totalement le film pour ne plus penser qu'à... ce *** d'accoudoir entre nos 2 fauteuils ! Je ne vois pas comment on peut faire plus que des préliminaires en ce lieu, et encore moins à plusieurs. Sauf à se mettre par terre, ou dans l'allée sur le côté. Nous décidons donc de nous contenter d'une exhib de préliminaires, qui intéressera de plus en plus de paires d'yeux tournées vers l'arrière de la salle. Nous accepterons/inviterons des caresses, mais difficile d'en faire plus, sauf à s'amuser d'un confort aussi précaire, mais ce n'est pas notre cas.

Quelques coups d'oeil au film, mais surtout à l'allée sur le côté, ou entre les voyeurs tournés vers nous, je remarque un homme en caresser un autre. Mais ce dernier n'a pas l'air à son aise, ni très enthousiaste. Alors je me re-concentre sur mon ami.
Celui-ci me soufflera quelques minutes plus tard qu'il a éconduit la main de son voisin.

Un peu plus d'une heure déjà que nous sommes là. Plusieurs participants à notre petit jeu, mais je commence à être frustrée : je veux baiser ! ( merde quoi... )

Il est temps de partir rejoindre un autre lieu.

Nous remercions d'un sourire nos partenaires. Ceux-ci nous rendent nos remerciements par de nombreux compliments très appuyés ( un chouilla trop même, mais peu importe, les clients qui n'étaient pas intéressés que par le film étaient tous " libertinement " parfaits ). Nous nous rajustons, et sortons de la salle.


Un bilan mitigé. Cette première exhib était amusante. Mais ce que j'ai surtout apprécié c'est le très grand coup de brosse à reluire sur mon égo. Éclipser le film, ça c'est fun !

A voir une fois pour se dire " le dernier ciné porno j'y étais ", mais je ne sais pas si j'y retournerai.



Je n'ai pas acheté de paquet de Kleenex, mais en souvenir je peux vous montrer mon ticket d'entrée de la taille d'un timbre, et dont le texte dit " BEVERLEY Paris ENTRÉE 243145 ".






Merci au Lapin Goormand pour son abnégation à me suivre dans mes idées parfois étranges ^^