20 novembre 2012

Question existentielle

Sortir, gavée d'endorphine, vers 2h30 du matin d'une belle soirée en club.

Marcher d'un pas traînant jusqu'au parking, les muscles endoloris.

Sourire de mes petits yeux fatigués dans mon rétro.

Troquer mes talons contre des ballerines pour conduire.

Coincer l'anse de mon sac à main autour du levier de vitesse.

Tourner la clé.

Allumer mes feux.

Débrayer.

Passer la première.

...

C'est là qu'arrive la question existentielle de 2h30 du matin : place de la Concorde ou jardin du Louvre ?

Quel itinéraire pour rentrer chez moi ? Est-ce que je dirai " bonne nuit " aux Champs Elysées ou à la Pyramide du Louvre ?

La question que je me pose à chaque fois... comme si rien n'avait plus d'importance en cet instant à quitter ma place de parking...

C'est beau l'insouciance de fin de soirée libertine !


11 novembre 2012

Sorties cul-turelles

( oui je sais le titre était facile...)



Voici l'expo où vous pourrez appeler chéri(e)-bibi dans les allées, par son surnom animalier sans faire rire l'assemblée. Ou presque.
Mon lapinou tout fou ? Ma caille des îles ? Mon canari en sucre ? Tu viens avec moi à l'expo Bêtes de sexe ? Oui ça sonne bien !

Expo Bêtes de sexe, la séduction dans le monde animal.
Jusqu'au 25 août 2013 au Palais de la découverte.







Peut-être avez-vous dans votre Boîte à Cochonerie quelque(s) gode(s) oublié(s) ou mis en retraite depuis que vous avez votre Fairy ?
Il parait que les vendre à la brocante municipale ça ne se fait pas... et que sur le Bon Coin ce genre d'annonce vous attire surtout de gros lourds dans votre boite mail...
Cette expo a trouvé LA solution de recyclage de godes : les customiser en oeuvre d'art.

Expo Oh ! My Gode !!!
Du 21 novembre au 1er décembre 2012, galerie Hubert Konrad.




17 octobre 2012

* Club * Star City

Ouvrir puis gérer un établissement libertin est, j'en suis certaine, difficile. Surtout si on aspire à un style particulier, voir innovant.

Je retournerai au Star City d'ici quelques semaines, pour lui laisser le temps de trouver ses marques.

Rendez-vous donc vers fin novembre pour vous présenter cette nouvelle adresse du paysage libertin parisien.

5 octobre 2012

Une sainte, et l'ouverture du Star City

Ou une sainte à l'ouverture du Star City ? Ces deux titres d'articles peuvent convenir.


Je disais donc que je suis une sainte.

C'était à ma dernière sortie en club libertin, dans les alcôves. Je venais tout juste d'y entrer, quand ce joyeux petit groupe finissait ses hostilités. L'un plonge dans les coussins à la recherche de sa chemise, l'autre aide une demoiselle à descendre du matelas, une autre encore dit à son ami qu'elle le retrouve à la salle de bain, et un dernier ( le dernier combattant ? ) prend quelques secondes pour souffler, encore allongé sur le matelas.
Devant leurs mines comblées à tous, je devine que le combat fût épuisant ! Les corps humides me le confirment.

L'ultime joueur se redresse, glisse à terre, et me tourne le dos en direction de ses vêtements posés au coin. C'est là que le miracle se produit : je repère cet emballage de préservatif collé par l'humidité en haut de sa fesse.



Je me dis qu'il va bien sentir le plastique le gratouiller, ou qu'il va aller se doucher. Mais non. Il signale à ses co-équipiers en plein rhabillage qu'il est l'heure pour lui de partir, attrape son boxer, l'enfile en tenant l'élastique de taille bien tendu, prenant le préservatif au piège !
Je ne peux pas ne pas intervenir... ( et non ce n'est pas une excuse pour aller fouiller dans son boxer ! quoique... ).

Je me dirige vers lui, et lui tapote l'épaule " excusez-moi, mais vous avez un préservatif... ", tout en posant ma main sur ledit préservatif, sur le haut de sa fesse. Je n'ai pas eu le temps de finir ma phrase, que par la pression de ma main, il a certainement senti le plastique contre sa peau. Je n'ai jamais vu un homme enlever son boxer aussi rapidement. Même les chippendales et leurs vêtements à scratch ne les arrachent pas aussi vite !

Ramassant l'objet du délit, il lève les yeux vers moi. Malgré la pénombre des alcôves j'ai pu y lire son rythme cardiaque soudainement monté au maximum avant implosion. Et après qu'il ait repris son souffle, et bégayé un " merci madame " ( j'adore quand on me sort du " madame " en situation de stress intense ^^ ), j'y ai lu une gratitude sans limites.

Suivi d'un " comment vous remercier ? " avec le feu de la passion brillant dans les pupilles. Ba... mon remerciement s'appellerait bien Louboutin, mais bon on va dire qu'un coca fera l'affaire ^^


J'ai sauvé un mariage.
Je suis une sainte.






 Ce sauvetage effectué, je me plonge dans ma boite mail à la recherche de cette ancienne discussion d'y il y a quelques jours, avec une personne me demandant " quoi de neuf ? on ne te vois plus trop sur ton blog ! ".

Les ( devenus rares ) habitués du Roi René se consoleront de sa fermeture en allant découvrir un nouvel établissement : le Star City.




La famille " City " continue de s'agrandir sur Paris.
Après le Sun City ( gay ), le Moon City ( hétéro majoritairement ouvert en mixte ), et l'Eclipse ( hétéro réservé aux couples ), le petit frère s'appelle le Star City.

Un nouveau club que ses propriétaires veulent orienter " toutes sexualités ", hommes bi, gays, travestis, transexuel(le)s. La communication étant faite dans ce sens. Les hommes hétéro sont les bienvenus à condition d'une grande ouverture d'esprit, et d'une absence totale d'homophobie.

Inauguration prévue mardi 16 octobre.
J'irai assez rapidement découvrir ce nouveau club, entre curiosité et professionnalisme bloguesque.



( Bon on sait que ça ne marchera pas sans une surveillance drastique des " ouvertures d'esprit " des clients qui iront au Star City pour l'unique raison que c'est 4 fois moins cher que le Moon City situé à environ 20 mètres. 
Ni sans arriver à motiver les hommes gays qui eux à l'inverse ont le Sun City ou le Dépôt, ou d'autres clubs gay moitié moins chers. Je crains que, comme à l'ouverture de l'Eclipse, les tarifs ne viennent assez rapidement s'aligner sur ceux du Moon, pour avoir une clientèle réellement intéressée par la bisexualité masculine, qui serait là par choix, et non par défaut du prix d'entrée le moins élevé. 
Mais un tel club " toutes sexualité ", serait le bienvenu dans notre région. )




Mon prochain article sera donc certainement sur ce nouveau club. 
Ou alors, en attendant, je vais faire les articles que DOIVENT faire tous blogueurs qui se respectent.

" Je suis allée en boite échangiste "
Heu ba non ça c'est bâché et rabâché ici ^^

"  J'ai emmené mon amant au Love Hôtel rue St-Denis "
 Tous les commentaires sont unanimes : c'est naze, je me permets donc de zaper.

" J'ai testé la Fish Pédicure " ( ou comment se faire bouffer les peaux mortes des pieds en les plongeant dans un bain de bébés piranhas ) "
 Alors ça c'est prévu avec des copines ( sisi je vous jure ! ), on attend juste de trouver une date commune, c'est à dire vers le printemps 2015.

" Mon premier cours de Zumba, la dernière danse à la mode "
Bon le fitness sur des rythmes de salsa j'en faisais déjà dans les années 2000 en " récréation " de modern'jazz , rien de nouveau sinon un nom rigolo pour vendre plus cher ce qui existe déjà.


Et je vous épargne les cupcake, les cours d'effeuillage burlesque, les sex toys, et le vernis à ongle caviar, la toile en est déjà inondée.



Voilà ! J'espère avoir répondu aux requêtes des lecteurs. A bientôt !

10 septembre 2012

Soirée Goormandises, 28/09, au Sweet'X Cabaret



Goormand et moi souhaitons vous faire découvrir ce nouveau club, le Sweet'X Cabaret, et son concept mêlant boîte de nuit et club libertin.

Parfait pour les couples libertins débutants qui aiment sortir en boîte de nuit. Vous commencerez la soirée dans ce milieu qui vous est familier. Puis vous irez découvrir le club libertin, le " Carré Rose ", nous l'espérons en bonne compagnie !

Les hommes seuls que nous connaissons, ainsi que les trios constitués, sont les bienvenus sur invitation, écrivez-nous.

Nous nous joignons à l'équipe du Sweet'X Cabaret pour vous accueillir à votre arrivée.

En vous souhaitant une agréable soirée !

A bientôt !




Pour vos questions :
- les commentaires ci-dessous
- nos boîtes mail : missdactari@wanadoo.fr ; goormand@gmail.com ; info@sweetscabaret.com
- le fil de cette soirée sur le forum Doctissimo

3 septembre 2012

Cette année encore, un superbe anniversaire

L'année dernière, accompagnée par mon Goormand préféré, nous avions fêté mon anniversaire sur le thème de la pluralité masculine, voir du hard. Nous étions partis à la découverte du cinéma porno le Beverley, étions passés nous ressourcer à l'Eclipse, puis avions passés la soirée à l'Overside en clientèle mixte. Goormand avait baptisé notre journée le " Triathlon ".

Pour cette année, j'ai longtemps pensé reprendre cette idée de " Triathlon ", en lui cherchant un thème. Recevant régulièrement des mails me demandant des renseignements à propos des cabines vidéos des sex shop et de leur potentiel libertin ( ou pas ? ), je pensais aller voir par moi même, notez le professionnalisme de la blogeuse. Puis avec la fermeture annoncée du sauna libertin Sexodrome, je me disais qu'il serait dommage de ne pas y être passée avant que ce ne soit plus possible. Et enfin pour finir, soirée à la Cheminée ? Cela aurait été la journée Glauqu'ympique, pour coller à l'actualité d'août 2012 à Londres.

J'ai finalement opté pour une journée beaucoup moins glauque, beaucoup plus " girly ", entre shopping érotique, bons restaurants, club et hôtel de charme. Toujours aussi bien accompagnée évidement.

( Mais je ne me dégonfle pas ! Promis mon retour sur le glauque viendra prochainement ^^ )






La journée commence, ce vendredi 31 août, par notre péché mignon : un déjeuner japonais, sushis, makis, et autres sashimis. Le radar-coquin de Goormand est déjà branché, et il me fait rire à remarquer ces deux jeunes filles qui dévorent la serveuse des yeux. Il les pense lesbiennes, je les pense affamées de sushis, et voyant la serveuse comme la sauveuse de leur faim ! Nous ne sommes pas d'accord, la journée commence bien !


Nous quittons le japonais pour notre périple " shopping érotique " dans les love store. Les sex shops non-glauques, sans rideaux noirs à la porte. Où les immondes poupées gonflables sont remplacées par de la lingerie à froufrou ou des bougies de massages pailletées. Goormand voulait m'offrir un " joujou " comme il dit. Mais ayant déjà l'indétrônable Fairy ( le lance-roquette à orgasme, © Maïa Mazaurette de Sex Actu ), j'ai préféré une poudre scintillante pour le corps. Elle s'ajoutera à mon rituel de préparation de sortie en club, et me rappellera longtemps cette journée d'anniversaire.



Mon coup de coeur va à DollHouse , un petit boudoir rose et noir, à la vendeuse pétillante et très ouverte. Goormand a pu lui parler de la différence d'utilisation du même sex toy, avec plusieurs de ses partenaires, et sans le moindre étonnement, elle s'est intéressée à son exposé.

J'ai bien aimé Passage du Désir ( adresse visitée : 23 rue Sainte Croix de la Bretonnerie). Une enseigne qui mélange love store et gadgets humoristiques, comme les magasins La Chaise Longue

Petite déception chez Yoba. La boutique m'a semblé assez vide, peu d'articles y étaient présentés. La vendeuse, sans être antipathique, semblait éteinte ( sûrement souffrante, avec son pull et son écharpe dans un boutique bien chauffée, alors qu'il fait beau dehors ). La marque Yoba est aussi présente dans les ventes à domiciles : les ventes tupperware de nos ( grands-)mères, en version sex toys et autres coquineries. C'est peut être là dessus qu'ils basent leur activité, d'où la boutique peu travaillée.

Nous sommes aussi allés chez Concorde ( adresse visitée :  117 boulevard de l'hôpital ), un supermarché semblable au Rebecca Rils de pigalle, que nous connaissons très bien pour passer devant à chaque sortie au Moon City. Et là mea culpa chers lecteurs, absorbée par notre périple " love store ", j'ai complètement oublié de demander des informations sur leurs cabines vidéos. J'y retournerai promis !



Ce shopping me met en appétit ! Les ambiances " éroticoquines " des love stores, nos discussions sur le sujet entre nous ou avec les vendeuses, ma nouvelle poudre scintillante testée sur mon décolleté , me donnent envie... Envie de passer à la suite de cette journée d'anniversaire !







Arrivés aux Chandelles, une fois changée, je rejoins Goormand au bar. Nous y resterons juste le temps de nous désaltérer, et filons vers les coins câlins !
Contrairement à nos habitudes, aujourd'hui j'ai envie d'un trio, et plutôt câlin que bestial. Envie sans doute conditionnée par la présence remarquée d'un homme que nous avions déjà rencontré, et apprécié. N'étant pas hostiles aux autres, nombreuses, possibilités de jeux, nous nous installons, prêts à inviter qui nous plaira.

Notre complice qui a visiblement compris mes sourires ne tarde pas à nous rejoindre. Mon trio d'anniversaire se met en place, je suis aux anges ! Avec deux partenaires trèèèès motivés à me fêter mon anniversaire, mes envies câlines s'éteignent vite pour laisser place à un trio endiablé. Les câlins seront pour ce soir, je le sais. Je profite donc de cette bestialité si excitante. Entre mes partenaires, je me sens si bien, comblée dans ma recherche libertine, que je me laisse aller aux orgasmes dévastateurs que j'aime tant.

Là aussi, contrairement à nos habitudes, nous décidons d'en rester à ce superbe trio. Non pas que nous soyons rassasiés, mais cette journée d'anniversaire n'est pas terminée. Ce soir je nous ai réservé un luxueux hôtel, je ne voudrais pas y arriver trop tard dans la soirée, pour avoir le temps d'en profiter. Et nous devons encore caser le dîner au restaurant dans notre emploi du temps chargé ! Difficile de tenir le rythme d'une journée d'anniversaire ^^


Depuis mon retour de vacances, les fruits de mer me manquaient. Goormand étant lui aussi un amateur, nous voici attablés devant un plateau chez Wepler. Plateau auxquel nous ferons honneur, en le vidant jusqu'à la moindre crevette ! Nos gourmandises respectives sont vraiment bien assorties.
Nos desserts finis, je voudrais déjà être à l'hôtel. Il me tarde de continuer les hostilités, et d'avoir enfin mon câlin...







Sortis du restaurant, nous filons à pied vers l'hôtel tout proche, le Secret de Paris. C'est émerveillés que nous pénétrons dans notre chambre " Opéra Garnier ". J'ai longuement hésité avec les chambres Moulin Rouge et Tour Eiffel, mais les petits rats ont définitivement ma préférence. Je me précipite sur la paire de pointes qui décore cette chambre, pendant que Goormand teste le variateur de luminosité de la pièce.




L'appel de la baignoire-jacuzzi est irrésistible, nous tombons nos vêtements pendant que le niveau de l'eau monte. Après quelques minutes à tripoter les boutons, rajouter de l'eau, vider de l'eau, plus chaude, plus froide, moins de lumière, plus de bulles, j'accède enfin à mon câlin tant attendu, calée dans les bras de Goormand, sous les bulles du jacuzzi. J'aurais pu me laisser aller et trouver le sommeil, mais ses mains sur mes seins nous maintiennent, mon excitation et moi, bien éveillées.

En découvrant la salle de bain, nous avions remarqué ce renfoncement dans le bord de la baignoire, dans l'angle des murs. J'ai pensé à la place assise d'une baignoire adaptée aux personnes handicapées. Mais sans poignées d'accès, ni porte à la baignoire ( plutôt haute ), j'en doute. Il devient donc évident que c'est une place de choix pour les gâteries ! L'un installé sur ce " trône ", entrejambe offert à l'autre, assis dans les bulles. Loué soit l'architecte de cet hôtel ! Chacun notre tour, nous utiliserons cette si bonne idée, transformant la salle de bain en hammam par l'eau chaude que nous rajoutons régulièrement.




Une fois séchés, c'est au tour du lit d'accueillir nos ébats. Dans cet élément familier, je retrouve les gestes habituels que j'ai pour mon amant préféré. Seuls les draps d'une texture assez glissante viennent contrarier notre projet de levrette, mais je m'accroche, un anniversaire sans levrette n'en n'est pas un !
Cet anniversaire ne pouvait pas non plus se fêter sans mon second amant préféré : Fairy. ( oui c'est la deuxième fois que je link Maïa dans cet article, parce qu'elle le vaut bien ). J'avais dans l'idée, Goormand achevé par notre levrette sauvage, de le rejoindre dans le repos des guerriers après un " orgasme-Fairy ", qui a le don de m'épuiser durablement. C'était sans compter sur son coté pervers, à profiter de mon état comateux post-orgasme-Fairy, pour me sauter dessus, bien décidé à m'achever pour la semaine à venir ! C'est si bon d'être multi-orgasmique, mais si fracassant aussi...



Je me souviens d'avoir ouvert un oeil au milieu de la nuit, puis à nouveau au matin.

Une douche revigorante pendant que Goormand dort profondément, me rappelle cette particularité masculine du matin... Je vais vérifier sous la couette, et c'est avec satisfaction que je trouve ce que j'étais venue chercher. Le pauvre, réveillé par mon intrusion, je ne peux décemment pas le laisser dans cet état. Comme toujours à ce petit jeu, j'en sors victorieuse ! Il veut se venger, mais je ne suis pas encore remise de l'attaque orgasmique des heures passées. Je l'envoie donc à la salle de bain, se préparer pour descendre au petit déjeuner de l'hôtel.





En petit-déjeunant nous nous remémorons notre journée et notre nuit, les yeux cernés, le sourire béat.
Déjà pressés d'être à l'année prochaine !





Vision croisée par Goormand :
Partie 1
Partie 2
Partie 3

13 août 2012

Inauguration club " La Maison Rose " (78) le 15 septembre ( en fait nan...)


Le premier club libertin des Yvelines ouvre ses portes dans un mois, le 15 septembre.
L'évènement facebook se trouve au bout de ce lien.

J'y serai très certainement, intriguée par le passé de cette adresse. Toujours curieuse de découvrir de nouveaux lieux, et amusée par les inaugurations de nouveau club ( l'esprit critique bloguesque ou un grand professionnalisme journalistique ? ^^ ).

J'apprécie déjà le design choisi pour le flyer. Le rose et le glamour, pour changer du traditionnel rouge&noir et du trash. La nouvelle mode esthétique des clubs libertins des années 2010 ( les Bulles Roses de Lyon, le Sweet'X Cabaret d'Etampes ).



Nous croiserons-nous le 15 septembre ?

En souhaitant une belle réussite à la Maison Rose.


Edit 1er septembre : à 2 semaines de l'inauguration, toujours ni site internet, ni infos sur leur page facebook, ni réponses à mes messages. Aie aie aie... RDV septembre 2013 pour un troisième essai d'ouverture de club libertin à cette adresse ?

Edit 12 septembre après-midi: à 3 jours de la soirée, le numéro de téléphone en 06 ne répond pas, et l'accueil de la messagerie ne confirme même pas qu'on serait sur le portable de la Maison Rose.

Edit 12 septembre au soir : ils annoncent sur leur page facebook que les travaux ont pris du retard, et que l'inauguration est reportée. Plus d'1 an de travaux ? Nous découvrirons alors un lieu absolument fabuleux après des travaux aussi monumentaux ! En septembre 2013 sans doute...

Edit 15 septembre : ils publient quelques photos du club, on peut y voir un matelas, donc des travaux réels dans cette ancienne discothèque ? Et ils annoncent une inauguration pour fin septembre.

Edit 1er octobre : aucune nouvelle info, et pas d'inauguration fin septembre.

Edit 23 novembre : une inauguration été prévue avant-hier, à nouveau fantomatique. Et si nous prenions les paris pour la prochaine date ?^^

Edit 6 mars 2013 : retour de la Maison Rose sur Facebook par la création d'un nouveau profil, d'un site http://www.maison-rose.fr/ , inauguration prévue le 9 mars.



Pauvre staff à la dérive qui n'arrive pas à ouvrir son club ? Ou gros fake qui joue avec les libertins ouest-parisiens ? La suite au prochain épisode ^^

11 août 2012

Instant narcissique

En vacances dans les Bouches-du-Rhône, depuis 6 jours, j'ai gardé mes cheveux attachés. Dès le levé, et aussitôt après les shampoings. Pour les protéger du vent fort que nous avons ici. Ainsi que du soleil et de l'eau de la piscine. Et puis pour qu'ils ne me tiennent pas trop chaud sous presque 35°C.

Ce soir nous sortons au restaurant, je m'apprête pour l'occasion. Devant le miroir je sèche mes cheveux fraîchement lavés. J'avais presque oublié leur longueur que l'étroitesse de cette salle de bain de vacance me rappelle, ne pouvant tirer les mèches à la brosse sans me heurter au mur derrière moi.
Fière de ma prouesse technique je me souris dans le miroir.

Bronzage du Sud, tenue de sortie, crinière souple et brillante, oeil malicieux. Je m'amuse à passer ma main dans mes cheveux, ce geste si féminin, si séducteur, dont j'abuse en club, devenu un réflexe auquel je ne pense même plus.

Et je me dis que oui. Dans une dizaine de jours. Ma " rentrée des classes " en club. Ce sera terrible !

1 août 2012

Le calendrier de la blogosphère

Ma mémoire me fait défaut, j'oublie depuis le début d'année de vous parler du calendrier blogosphérique tenu par L'Effrontée sur son blog Variation Erotiques... et SenXuelles. Une belle initiative pour érotiser nos fonds d'écrans et pour lier la communauté blogosphérique.
J'y pense aujourd'hui, parce que le calendrier du mois d'août, c'est moi !

Je vous invite donc à suivre L'Effrontée qui tous les mois propose un nouveau blogueur en image et interview.


Et parce que " mois d'août " est chez moi synonyme de vacances, je vous abandonne, et vous retrouverai dans un peu plus de 2 semaine.
Bises à vous tous !

Lecteurthon Février-Juillet 2012

 Avant de vous abandonner pour aller me dorer la pilule sur mon transat en Provence, je vous livre les meilleurs mots clés de ces derniers mois. Peu nombreux cette fois-ci, je n'ai gardé que la crème de la crème, sur le thème des métiers.


Commençons par un futur chirurgien :
comment se castrer les testicules ?
J'espère pour lui que ses études de médecine lui apprendront la définition du mot " castration ", et donc l'inutilité de préciser ce qui est à castrer.


Dans la série des métiers nous avons un poète :
techa en feu

 Une future danseuse qui se demande si elle peut s'entraîner sous n'importe quel toit :
 barre de pole dance possible sur faux plafond ?
 Moi j'éviterai mais bon, le voisin du dessus sera peut être ravi du spectacle en cas d'accident.


Un enquêteur des RG :
qui a fêté son anniversaire à l'overside ?
Faute avouée à moitié pardonnée ?


Un chargé de publicité chez Nestlé :
barre de nesquik offerte
J'approuve ! Excellente idée en club pour reprendre des forces entre 2 orgies sur les coups de 2 heures du matin ! Et si elle pouvait être accompagnée d'un verre de jus de fruit multi-vitaminé, ce serait parfait !


Un cuisinier :
missdactari se fait une pizza au saumon
Et oui encore ^^


Un détective, décodeur de message secret incompréhensible :
cet obscur objet du désir poche vêtement blanc
Mais que cache cette poche ?


Un vendeur de tube en métal qui cherche à exploiter le marché des clubs libertins :
diamètre des barres de pole dance dans les clubs libertins
Ma dévotion à ses limites, donc non je n'emporterai pas mon mètre ruban en club pour mesurer le diamètre des barre de pole dance. Désolée.


Et pour finir, un patron de club libertin :
comment faire de la communication pour son club libertin ?
Écrivez-moi ! Nous verrons si je peux vous donner un coup de clavier ;)


28 juillet 2012

Le bon coin... libertin ?

En pleine flânerie sur le bon coin, le fameux site de ventes, gratuit et sans commission, à la recherche de petites ardoises à planter pour nommer mes plantations ( notez l'importance du truc ! promis je relève le niveau à la rentrée ), une idée me vient.



Est-ce que ça se vend/achète sur le bon coin un club libertin ???

Le principe de ce site est justement de pouvoir absolument tout vendre/acheter. Alors pourquoi pas.

Je réinitialise ma recherche, tapant tout simplement " club libertin " dans " toute la France ". Je m'attendais à un message courtois du style " aucun bien ne correspond à votre recherche ". Ou à un humoristique " libellé de recherche inconnu ".

Et bien non !

Il y a bien des clubs libertins à vendre sur le bon coin ! Et pas moins de 7 ou 8 à l'heure où j'écris ce message !

J'étais loin de me douter de ce résultat ! Pensant que le commerce de club libertin était plutôt discret, assez fermé dans le milieu. Un ami d'ami qui reprend le flambeau, ou une transmission familiale, ou des annonces passées dans la presse spécialisée.

Mais finalement c'est comme un restaurant ou une boutique de vêtements : quand le propriétaire arrive en âge de la retraite, ou souhaite changer de métier ou de région, tout simplement, il vend son établissement. Logique en fait...


Pour ceux qui se sentiraient pousser une nouvelle vocation :

- au Boulou dans les Pyrénées Orientales
- à Montpellier ou à Pèzenas dans l'Hérault
- à Roumazières-Loubert en Charente
- à Montluçon dans l'Allier
- à Saint-Malo en Ille-et-Vilaine
- à Nice dans les Alpes Maritimes
- à Grécourt dans la somme


( ces liens ne seront plus valide à expirations de leurs annonces respectives, peut être en trouverons-nous de nouveaux d'ici quelques semaines ! )


Combien d'entre vous seraient potentiellement intéressés par ce métier assez particulier ?
Et prêts à changer de région pour cela ?
Ou préféreriez-vous tout commencer à zéro par l'achat de murs ou d'un terrain dans votre région ?

10 juillet 2012

* Club * The Mask

 Reprise du club Nautilus depuis octobre 2011.


Y aller, se garer :

Parking de la place de la Bourse à une rue du club.

Accueil :

Chaleureux, par le serveur masqué ( c'est le thème du club comme son nom l'indique ).
A relevé : son honnêteté de prévenir que " ce soir c'est très calme ", avant que je n'entre ( donc avant que je ne m'engage à régler la soirée, qu'elle soit réussie ou non ). C'est assez rare qu'un patron prenne le risque de perdre un client par son honnêteté.

Déco :

La déco du rez-de-chaussée a été revue, dans un style Baroque-Vénitien, sombre, mais réussit.
Le sous-sol est resté le même ( et tant mieux, la pièce blanche et les " yeux " aux plafonds étaient les points forts du Nautilus ).

Piste de danse :

Minuscule, et au sous-sol, sans DJ.

Coins câlins :

 Au rez-de-chaussée : Plusieurs niches communicantes, dont la dernière est la plus grande. Un grillage servant de cage, et un glory hole.

Au sous-sol : La pièce aseptisée blanche ( pour jouer au docteur ? ), et la pièce noire surveillée par ses mystérieux " yeux " au plafond.

Douche : 

Belle salle de bain, douche à l'italienne et bidet, serviettes et produits d'hygiène en grande quantité.

Bar : 

Une conso avec l'entrée. Buffet de fruits et bonbons.

Restaurant : 

Pas de restauration.

 Clientèle :

 A ma visite  ( un mercredi soir de juin ) nous étions 4 clients dans le club. Impossible donc d'avoir un avis objectif sur la clientèle.

Ambiance :

( voir " clientèle " )

Points positifs :

L'accueil.
Le concept des masques, avec un stock sur place pour prêter aux clients.
La taille honorable des 2 coins câlins du bas.

Points négatifs :

La fréquentation quasi-nulle en soir de semaine. 
Le port du masque non-obligatoire ( et donc non porté par les clients déjà présents quand je suis arrivée, avec mon masque ).
La piste de danse en bas. Dommage de ne pas avoir profité des travaux pour la mettre en haut, à la place du lounge face au bar. Ce qui aurait permis de faire un 3ème coin câlin en bas.
La présence des tables basses face aux coins câlins en niche au rez-de-chaussée. Elles occupent inutilement la place, encourageant les clients à y venir avec leurs verres, qui risquent d'être renversés, là où l'on marche pieds nus.
Les tarifs de l'après-midi toujours aussi élevés.
L'absence de soirée ouvertes à tous ( diabolisation plutôt que gestion des hommes seuls, c'est dommage ).

Y retourner ? :

Certainement un vendredi ou samedi soir, par curiosité.
Pour vivre une réelle soirée masquée ( le serveur m'ayant assuré que le week end, les clients jouent le jeu du port du masque ).
Et pour savoir si, comme le prétend la réputation, le Mask porte réellement attention à la sélection de sa clientèle. Je suis assez septique à ce sujet, donc à voir !



A noter que l'entrée est offerte les mercredi et jeudi soir, jusqu'à fin septembre, sur téléchargement de l'invitation via leur site.
( le site note " 30 juin ", mais l'invitation une fois téléchargée note jusqu'au 30 septembre, à voir avec le club donc ).







7 juin 2012

Avis aux Lyonnais

Je ne sais pas si parmi mes lecteurs il y a parfois des Lyonnais ? Peut être occasionnellement suite à une recherche par mot clé sur le net ?


Du 18 au 20 juin, mon amant préféré se rend à Lyon pour son travail, et je suis du voyage !


Nous serons à Histoire d'Eau le lundi 18 après-midi, et espérons vous y croiser nombreux dans la piscine ou à l'étage.

Le mardi 19 après-midi, je me laisserai peut être tentée par les Bulles Roses. J'aimerais avoir vos témoignages d'après-midi là bas ? Elles viennent d'ouvrir, il n'y a peut être pas encore beaucoup de monde ? Mais quand même assez pour ne pas risquer de s'ennuyer seul sur son transat autour d'une piscine vide ?
Sinon ce sera à nouveau Histoire d'Eau, avec sa bonne réputation, je suppose qu'il y a tout le temps du monde.

Le mercredi 20 après-midi, j'irai au Sun City ( * saute de joie !!! * ).


Mon amant préféré et moi nous réservons nos soirées sans sorties libertines. Pour profiter de notre belle chambre d'hôtel, et pour être couché à une heure raisonnable, le travail l'appel chaque lendemain.

Nous sommes aussi preneur d'une adresse de restaurant japonais dans le quartier des Terreaux, ou à proximité accessible en transport en commun/taxi rapidement.


Peut être à bientôt les Lyonnais !


22 mai 2012

Je pourrais être si riche...

Le site " Bon Plan Coquin " propose des réductions de tarif pour divers achats à visée " coquine ".
Partenaire de sex shop en ligne principalement, il propose aussi des offres plus originales comme des cours de maquillage, ou des entrées en club libertin à tarif réduit.

Mais l'ovni sur ce site, c'est Olivier, le coach libertin, qui en 2 heures et pour 230€ propose d'éduquer votre couple !
Oui vous avez bien lu : 230€ les 2 heures d'éducation au libertinage par un coach libertin ! ( 80€ après les 65% de réduction proposés par BonPlanCoquin )

Je vous tends amicalement les mouchoirs pour sécher vos larmes de fou rire...

Le lien de ce BonPlanCoquin : http://www.bonplancoquin.com/deals/pimentez-votre-couple-grace-aux-conseils-dun-coach-libertin/

Et le voici en images, au cas où le lien mourrait quand ce bon plan serait obsolète.







Pour ceux qui ne comprendraient pas pourquoi nous mourrons de rire : 

Un psy est un médecin, qui a fait des études, qui a eu son diplôme, et qui a donc les compétences pour aider les patients qui viennent à lui chercher de l'aide, quelque soit le sujet sur lequel ils ont besoin d'être aidés. Que ce soit pour sauver leur couple en crise, ou juste pour comprendre leurs envies de libertinage, et s'aider à savoir comment les mettre en pratique dans les meilleures conditions possibles. Et comme c'est un médecin, les tarifs sont réglementés et pris en charge par la sécu et les mutuelles.

Un " coach libertin ", n'est rien... Il n'y a pas de formation ni de diplôme officiel, n'importe qui peut se prétendre " coach " en n'importe quoi. Coach sportif n'est pas professeur de sport. Coach en régime n'est pas médecin nutritionniste. Coach en shopping n'est pas styliste.


Cet Olivier a peut être une vie de couple libertin exemplaire et enviable. Peut être une grande expérience libertine. Peut être connu et/ou vu de nombreux exemples de couples pour avoir une vision assez globale du sujet.
Mais de là à se prétendre " coach libertin ", et à oser demander 230€ pour 2 heures de coaching !

Juste : Lol.





Y a-t'il un expert comptable ( pas un coach en fric, merci...) parmi mes lecteurs pour évaluer l'argent que j'aurai pu gagner, en comptant 115€/h, à chaque fois que :

- j'ai écris pour ce blog au sujet des grandes lignes du libertinage, au sujet des feedback de clubs libertins, au sujet d'idée coquines à faire en couple ou à plusieurs

- j'ai participé à la section " libertinage " du forum Doctissimo, à essayer de répondre au mieux aux questions, à donner mon avis, à chercher les infos qu'attendent les forumeurs

- j'ai répondu aux mails reçus via ce blog, ou via d'autres plateformes

- j'ai répondu en club libertins aux personnes qui m'abordaient pour me poser leur question ( me voyant visiblement habituée, à l'aise )

- j'en oublie certainement...



Je trouve vraiment risible de confondre gentillesse, politesse, et altruisme avec " moyen de se faire beaucoup de fric facilement en se prétendant coach, ce concept de coaching étant à la mode ".



Donc aux couples qui ont des soucis : préférez un psy à un " coach ". Et n'hésitez pas à en voir plusieurs pour trouver celui avec qui le feeling est bon, celui qui vous " parle ", celui avec qui vous aurez le plus de chance de dénouer vos soucis.

Aux couples qui souhaitent découvrir le libertinage : utilisez cette merveille qu'est le net ! Il regorge de forums, sites, blogs d'accès gratuits, ou vous trouverez une quantité monstrueuses d'infos et de témoignages, ainsi que des personnes adorables prêtes à vous renseigner, ou à échanger leurs expériences avec vous. Gratuitement évidement.
En plus via le net vous pourrez obtenir différents sons de cloches. Venant de personnes aux profils variés, vous permettant de vous identifier aux interlocuteurs qui vous ressemblent. Pas la seule parole d'évangile d'un " coach libertin ".

Mais surtout surtout ! Ne vous faites pas avoir par un accompagnement ( tarifé... ) à votre première soirée libertine. Ne gâchez pas cette découverte qui n'appartient qu'à vous.
Si c'est une soirée privée bien sûr vous aurez pris contact avec les organisateurs, et éventuellement d'autres invités habitués pour avoir leurs avis. Mais vous restez libres d'y aller seuls, et d'y faire ce que vous voulez, ou pas.
Si c'est une soirée en club libertin vous aurez lu leur site, et éventuellement posé vos questions à son patron, ou à des internautes clients de cet endroit. Mais c'est votre sortie, pas celle des âmes charitables qui vous proposeraient d'y aller " ensemble ", ce qui pour beaucoup sous-entend une assurance de rentabilité sexuelle avec vous...




Rions encore un bon coup, avant de partir à la conquête du net, pour trouver, gratuitement, tout ce qui peut nous être utile, ainsi que des interlocuteurs bienveillants et sans intérêt financier...

( Et sinon je mets BonPlanCoquin en favoris, parce que les réductions à des spectacles, ou pour des achats de préservatifs en ligne, ça c'est utile ! )

13 avril 2012

Pour répondre aux recherches des lecteurs

Il ne se passe pas une semaine sans que je trouve dans mes mots-clés la requête " danse classique nue ".

A l'instant, par hasard, en naviguant de vidéo en vidéo sur youtube, je suis tombée sur une version de la Danse des Heures ( mais si vous connaissez, l'autruche et ses potes hippopo, éléphant et croco dans Fantasia de Disney ).

Je peux donc combler une ( petite ) partie de mon lectorat !

Bon d'accord ce n'est pas tout à fait de la danse classique, plutôt contemporaine ou néo-classique, mais les bases solides y sont clairement. Et la demoiselle ( parce que je suppose que le danseur osef ) n'est pas nue mais en string.
Mais bon on s'en approche quand même !










( et sinon je retiens l'idée des costumes en dégradé de couleurs, et la chorée en domino du début, j'aime beaucoup ! )

8 avril 2012

Sweet'X Cabaret, un cabaret-club libertin

Flash info : soirée organisée au Sweet'X Cabaret le vendredi 28 septembre, infos au bout de ce lien.



Environ une fois par mois, je regarde les annuaires de clubs libertins, à la recherche d'informations utiles. Changements de propriétaires ou de nom, travaux de modernisation, ou ouverture de nouveaux établissements.

C'est ainsi que sur le guide France Coquine, j'ai appris l'ouverture du Sweet'X Cabaret, vers Etampes dans l'Essone ( 91 ).

Je suis toujours enthousiaste à l'annonce d'un nouvel établissement, surtout quand il a un concept inédit comme ici : un mélange entre cabaret érotique et club libertin.
Mais méfiante aussi... Est-ce vraiment un établissement sérieux ? Pas un " bar à pute " déguisé ?
Il est connu que dans les cabarets érotiques, on peut vous pousser à la consommation de shows érotiques privés, dont certains finissent en prostitution...
Je me demande aussi comment ils arriveront à faire venir leur nouvelle clientèle, en ouvrant leur établissement sans en avoir fait de publicité.

J'ai donc voulu contacter le Sweet'X Cabaret pour avoir plus d'information avant d'y aller. Non sans difficultés, leurs adresses mails n'étant pas encore opérationnelles, et leur téléphone fixe sonnant dans le vide, j'ai réussit à avoir le patron par l'intermédiaire du propriétaire de France Coquine, qui lui avait d'autres moyens de les contacter. J'en profite pour le remercier pour sa gentillesse et son aide.

Au téléphone le patron a l'air très sympathique, et me présente un établissement sérieux, entre cabaret et club libertin. Il répond à mes quelques questions, restant juste un peu vague sur le nombre de clients fréquentant son établissement, mais c'est normal, au moment où j'ai appelé, il n'y avait eu que 3 soirées ( première semaine d'ouverture ).

Je me décide donc à y aller !


J'avoue ma trouille de sortir seule de ma voiture sur le parking de la ZI où est situé le club... Vu l'actualité départementale, pas envie de courir jusqu'à la porte du club avec une lacrymo à la main... Et sans connaître le staff, je me vois mal leur téléphoner pour qu'ils viennent me chercher à ma voiture.
Je me fais donc accompagner de mon cobaye de plans potentiellement foireux amant préféré. Mais qu'il se rassure, il ne me sert pas juste de garde du corps, c'est toujours un grand plaisir de sortir avec lui ^^









Le vendredi soir le club est ouvert à partir de 19h, mais l'état de la route "  vers le soleil " un vendredi de week-end prolongé de Pâques nous incite à partir plus tard, pour y arriver peu après 23h.

Impossible de rater le club, avec son faisceau laser et son panneau lumineux jaune d'une vingtaine de mètres au sommet de la structure accueillant le club entre ... un magasin Tati et une Halle Aux Chaussures... Dépaysant quand on est habitué à sortir en ville ! Et manquant cruellement de glamour. Quitte à être dans un registre différent des " beaux quartiers ", je préfère Pigale et sa vie animée, au parking de la ZI. Mais bref, approchons de la porte du club ! Sur le parking une dizaine de voitures, et autant de camions routiers, qui me donnent à craindre pour la clientèle que nous trouverons à l'intérieur.


Deux vigiles portant un brassard " sécurité " nous ouvrent la porte. Et déjà je suis étonnée. Y-a-t'il tant de monde que ça pour nécessiter 2 vigiles quand tous les autres clubs en ont 1, voir aucun si c'est le patron qui s'occupe de la porte ? La zone est-elle si dangereuse pour nécessiter 2 vigiles à la porte du club ?
Ils sont souriants et décontractés, et nous invitent à monter le grand escalier qui nous fait face.


En haut de cet escalier, un homme nous dirige vers notre gauche, au comptoir d'accueil.
Après s'être acquittés du droit d'entrée, nous laissons nos affaires au vestiaire ( payant ).
On nous remet à chacun une carte magnétique à garder avec nous, pour y faire compter nos consommations au bar.

Puis une hôtesse nous propose une visite de l'établissement. 
Au bout du couloir derrière le comptoir d'accueil se trouvent 2 portes, l'hôtesse nous ouvre celle de droite, vers le cabaret érotique.

Une grande salle ( précision : grande dans le référentiel des clubs parisiens ), bar, piste de danse, podium avec barre de pole-dance, estrade VIP, banquettes avec tables basses, tables privées légèrement en retrait derrière des voilages. La première impression est la taille ! On imagine facilement une soirée follement festive dans ce cabaret-discothèque !
Notre arrivée est malheureusement un peu tristounette : une danseuse à la barre, un danseur accoudé au bar, 2-3 hôtesses ( dans leur uniforme jupe noire - débardeur fushia au nom du club ) en attente des besoins des clients, les 2 DJ à leurs platines, et... 5 clients masculins qui ont l'air de s'ennuyer au bar.









Notre hôtesse nous ramène dans le couloir, pour nous ouvrir la seconde porte, celle du " Carré Rose ", le club libertin.
Nous sommes tombés sous le charme de cette déco douce ( sans être cucul ). A nouveau un bar et une piste de danse plus petite que la précédente, une salle de bain, la zone dédiée aux shows érotiques privés, et l'espace " coins câlins ". Ce dernier est fait d'une seule grande banquette, séparée en 4 ou 5 coins par des voilages blancs amovibles.
Nos yeux aiguisés de bloggeurs libertins remarquent que l'intendance libertine est parfaite ( nous comparons à l'inauguration d'un autre nouvel établissement il y a quelques mois, où ils avaient oublié des détails importants pour un club libertin, comme des poubelles ou des serviettes de bain à la douche ).
Notre hôtesse, qui avait déjà du nous dire une bonne dizaine de fois qu'elle était à notre disposition si on avait le moindre besoin, nous précise que les réglages de la musique et de la lumière peuvent se faire à notre convenance.


En retournant au bar du cabaret, nous avons une très bonne impression de l'infrastructure et de la gentillesse du personnel. Et surtout de la partie " club libertin " qui correspond parfaitement à nos attentes d'un tel lieu.










Nous commandons notre première conso incluse dans le prix d'entrée, et allons nous asseoir sur une banquette en bord de piste, face à la danseuse. Tout en admirant son show, je jette un coup d'oeil à la carte sur la table basse devant nous. Les tarifs des prestations de shows érotiques y sont clairement détaillés ( de 20 à 50€ ). Une danseuse viendra nous voir pour nous signaler poliment qu'elle est à notre disposition pour une prestation privée à notre table, et nous quittera en nous souhaitant une bonne soirée. Je suis rassurée : des prestations détaillées et tarifées, pas d'insistance de la danseuse qui vient juste se présenter à nous ( c'est normal elle est là pour ça ). Nous ne sommes clairement pas dans un " bar à putes ", mais bien dans un cabaret érotique sérieux.


Nous devons approcher de minuit, et nous n'avons vu arriver aucun nouveau client. Sachant le club libertin réservé aux couples et aux femmes, je ne porte pas trop attention aux clients masculins ( je ne suis pas maso, et le danseur moulé dans son pantalon rouge me fait déjà assez souffrir intérieurement comme ça ! ).
Mon amant préféré et moi décidons en coeur qu'il est temps de passer aux choses sérieuses. Nous sortons du cabaret pour aller au club libertin, en croisant au passage 2 vigiles et au moins 4 hôtesses qui se tiennent à notre disposition. Cet excès de prévenance m'amuse, j'ai l'impression que s'il fallait moucher mon nez ils le feraient ! C'est très agréable d'avoir des gens à son service, comme dans un palace, et ils savent rester souriants et en retrait pour ne pas devenir oppressants.








Nous sommes seuls dans le club libertin. A cette seconde incursion je remarque plus précisément la forte luminosité, accentuée par la blancheur des matelas et voilages. On pourrait claquer des doigts pour la faire changer par une hôtesse, mais cette ambiance inédite pour moi ( habituée aux clubs plus sombres ) me plaît.

Nous profiterons des coins câlins sans voir aucun nouveau client passer.

Repus, nous allons nous rafraîchir à la salle de bain. En étant pointilleux on pourrait trouver le seul défaut du club libertin : l'absence de porte-manteau dans la salle de bain. Mais c'est un détail très simple à régler, nous resterons donc sur l'excellente impression de la création de ce club libertin.









Il est 1h du matin quand nous retournons au bar du cabaret prendre un verre, et là c'est le drame...
En entrant dans cette pièce ( après être passés devant la troupe de vigiles et hôtesses, on finit par s'y habituer ^^ ), nous découvrons les 6 nouveaux clients arrivés pendant notre heure de débauche.
3 femmes sur la piste de danse, 3 amies visiblement, dans leurs tenues de la journée, pantalon et gilet, ou robe-pull sur leggins, avec bottes cavalières plates.
Et 3 jeunes hommes, eux aussi visiblement ensemble, des caricatures de " djeunes de banlieue ", jean avec de gros chiffres imprimés dessus, tee-shirt, basket de rappeur.
Heu... il y avait comme un dress code sur le site de l'établissement... et nous sommes censés être dans un lieu à minima sensuel et/ou érotique...

Nous en concluons qu'ils sont sûrement d'anciens clients ( le Sweet'X Cabaret était une boite de nuit avant sa ré-orientation ). Leur boite de nuit a été fermée, il n'y en a pas d'autres dans la région ( à moins de faire de la route ), à la ré-ouverture ils ont envie de continuer à venir, malgré la ré-orientation. Je le conçois, mais ils n'étaient visiblement pas au courant du dress code expliqué sur le site ( ou se sont permis de l'ignorer...). Ils étaient sûrement parfaitement en accord avec l'ancienne boite de nuit de banlieue ( avec tout le côté péjoratif associé ), mais là ce n'est plus le cas...

Déçus, et arrivés à notre heure de départ ( je travaille le lendemain ), nous nous dirigeons vers la sortie.
Nous rendons nos cartes magnétiques, réglons la conso supplémentaire que nous avons prise, récupérons nos affaires.
J'aurais aimer papoter avec le patron, mais tant pis. 
En sortant nous croisons dehors un énième vigile, qui lui a même le chien de garde ! Sic !

Une photo pour immortaliser l'enseigne lumineuse du club entre les panneaux Tati et La Halle aux Chaussures ( oui c'est du parisianisme, mais la situation l'appelle quand même très fort, on m'excusera ). Et nous reprenons la route. 



Notre bilan de ce nouvel établissement est donc : " quel dommage ! ".

Un lieu à fort potentiel, bien aménagé, bien géré par un staff nombreux et professionnel. Avec en plus un tarif attractif : 20€ par personne pour l'entrée, 3€ par personne pour le vestiaire, 5€ pour les boissons soft, pas de frais de parking ou voiturier.
Mais qui fait le choix d'ouvrir sans pub, donc avec un maximum de 13 clients à 1h du matin.
Et surtout qui ne sélectionne pas sa clientèle, acceptant des clients hors dress code ( et sûrement hors érotisme et/ou libertinage ).

L'établissement étant grand, et en 2 parties distinctes, je pense qu'il nécessite un nombre assez important de clients pour que l'ambiance soit festive des 2 côtés.
Comment les trouver sans pub ? ( et les motiver à venir dans une ZI pour les habitués des clubs en ville )
Comment les faire revenir après une première soirée à l'ambiance tristounette ?
Comment faire revenir les libertins habitués à un minimum de sélection de clientèle ?


Je pense y retourner, parce que j'ai vraiment apprécié leur gentillesse et leur potentiel. Mais je suis septique sur la viabilité de cet établissement. Du moins s'ils ne commencent pas à faire respecter leur dress code.


C'est vraiment dommage !




Je recommande donc aux couples de s'y aventurer, pour les aider à décoller, pour profiter du club libertin rien que pour vous si vous êtes les seuls ( c'est très chouette ! ), ou pour peut être y fréquenter d'autres couples.



Réflexions croisées avec mon accompagnateur c'est à lire ici.
Et n'oubliez pas les commentaires ci-dessous, pour le mot du patron, ainsi que le récit de ma seconde sortie au Sweet'X.

30 mars 2012

Note de service

Absente du net pour cause de week-end prolongé - Stop
Trop occupée à la balnéo de l'hôtel pour emporter mon ordi - Stop
Retour mardi soir ( si la grève annoncée ne touche qu'Orly et pas Roissy ) - Stop
Réponse à vos mails au plus tôt promis ! - Stop
Publications de vos commentaires idem - Stop

Et si vous êtes sages à mon retour je vous posterai mes quelques photos du Bal des Princesses du week end dernier.


Tenez au fait, le week end dernier justement j'ai dormi 2 nuits chez mon cavalier de ce bal. Quand je dis dormir c'est vraiment dormir ( après les câlins bien sûr ! ), rester dans le même lit toute la nuit, jusqu'à la grasse matinée et le petit déjeuner.
Fait ô combien banal pour tout mon lectorat en couple. Mais rare pour moi.
Cela devait être la 10ème nuit de ma vie que je passais entièrement accompagnée. Habituellement après les soirées " sexe " je rentre chez moi finir ma nuit dans mon lit.

Et bien je n'aime pas trop... dans l'idéal je voudrais faire la soirée câline ensemble, puis dormir chacun dans SON lit, puis le réveil câlin ensemble.

Ou alors c'est parce qu'avec seulement une dizaine de nuit d'expérience je n'ai pas encore conceptualisé comment gérer de front et en 5 à 10 heures :  l'homme + la couette + les 2 oreillers + mes 90cm de cheveux non attachés... ( il ne manquerait plus qu'il ait les pieds glacés ! )

Ou alors c'est parce que depuis 11 ans je partage mon lit avec mon chat ♥, et qu'un homme c'est quand même un peu différent.


Ou alors c'est parce que je suis une emmerdeuse, qui pour une fois qu'elle a un grand lit, ne veut pas le partager...




Mais je le referai, parce que c'est chouette même si ça me fait une drôle d'impression, l'inexpérience sans aucun doute.








( ps : cet article n'appelle pas de proposition de passer la nuit chez vous... )

17 mars 2012

Le Bal des Princesses ( teaser 3 )


J-7.

Les costumiers parisiens sont dévalisés. Le groupe Facebook compte plus de 4 500 fans. Les participants s'affolent à la recherche du dernier accessoire pour personnaliser leur costume.

Et moi je viens de donner le dernier coup d'aiguille à mon collier home-made. ( et j'en suis trop fière, donc ça vaut bien un article rien que pour ça )




Ceux pour qui le mot " couture " résonne avec " grand-mère ", " has been ", ou " je ne sais pas faire un ourlet/recoudre un bouton " s'en foutent, mais certaines lectrices ( lecteurs ? ) seront peut être intéressés par ma petite création perso.

* Il s'agit à la base d'une jarretière que j'ai ouverte pour y coudre des satins coupés en biais aux extrémités. Comme ça je peux : 1) respirer, et 2) avoir un joli noeud de satin sur la nuque.
Si pas de jarretière, prenez un seul satin sur lequel sera cousu une bande de dentelle de la taille du tour de cou.
* Puis 2 rubans superposés et pliés en deux cousus au milieu du satin.
* Puis un camée à piquer dans le satin si c'est une broche, ou à coudre/coller si c'est un pendentif.
* Puis un noeud au dessus du camée ( il me sert à cacher l'attache de mon camée qui est un pendentif ).
* Puis une perle tombant du camée. Le mien en avait déjà une ronde, sinon j'aurais mis une perle en forme de goutte d'eau, ou une boucle d'oreille dormeuse.

Il ne me restera qu'à couper ( en biais toujours ) les 4 bouts de rubans qui pendent sous le camée, j'attends la robe pour les ajuster à la profondeur du décolleté ( non non pas du tout perfectionniste...).


Une photo en plus gros plan pour les détails de mon joli camée ( smiley qui fait " love " ) :




Je rassure mes lecteurs, je ne deviens pas un blog à la Marie-Claire. Si j'en arrivais à parler de décorations en sucre pour cupcakes, de vernis à ongles blanchisseurs, de coupe menstruelle, ou de l'organisation de ma première réunion tupperware, s'il-vous-plait, ramenez-moi dans le droit chemin de la débauche.

Promis, au prochain article, je parle de cul !
( et là je récupère la moitié de la classe qui s'était endormie )

10 mars 2012

Le Bal des Princesses ( teaser 2 )

J-14 avant cette grand-messe baroque-rock !


Serez-vous nombreux à venir faire la fête ?

Pas encore décidés ? Voici une vidéo de l'édition de 2010 faites par un ami. Vous pourrez au début voir plus en détail le lieu de réception, le Pavillon Royal. Puis des idées de costumes et d'accessoires.







Ma robe est en finitions chez la costumière.
Mon rdv chez le coiffeur est pris.
Le choix des accessoires est fait.

Je ne suis pas encore décidée : faux cils or not faux cils ? J'ai vraiment peur d'être gênée toute la soirée... Des expériences de port de faux-cils à me raconter ?

Et il me reste la création de mon collier home made, je suis passée à la mercerie cet après-midi, je pourrais me mettre au travail dans la semaine une fois la dernière pièce trouvée !



Alors quels duchesses ou marquis viendront nous rejoindre au bal ?

7 mars 2012

Paris " vertical "

Je reçois régulièrement des mails de personnes me demandant des conseils pour choisir le club libertin parisien où ils sortiront. J'essaye de leur répondre au mieux, après avoir prix le temps de discuter avec eux de leurs attentes d'un club.


Mais cette fois, mes interlocuteurs, d'une autre région, avaient déjà sélectionné les clubs qui les intéressaient, et me posent des questions sur le reste de leur week-end parisien.
Quel hôtel ? Où dîner avant le club ? Comment occuper sa journée entre la grasse matinée et la sieste ?
Et pour les amoureux : comment prolonger ce week-end à 2 au delà des soirées en club ?


Voici une liste, non exhaustive, à compléter avec votre aide. Je ne connais pas personnellement tous ces lieux ( d'ailleurs ceci est un appel au mécénat, merci d'avance ). Mais j'espère pouvoir prochainement compléter de mon avis là où il est manquant.




Pour commencer, on se met dans l'ambiance parisienne :





Un hôtel ?




€€

Hôtel Amour, de la simple chambre à la suite en duplex, chacune a sa décoration particulière. http://www.hotelamourparis

Five Hôtel, un hôtel moderne, futuriste, connu pour ses chambres " lumineuses ", ou ses suites aux lits en apesanteur. http://www.thefivehotel.com/index.html

€€€

Hôtel Konfidentiel, à chaque chambre son époque, Molière, Marie-Antoinette, ou la Tour Eiffel, pour un voyage à travers le temps. http://www.konfidentiel-paris.com/

Hôtel Design Secret, et si vous passiez la nuit dans un monument historique parisien ? Le Moulin Rouge, l'Opéra, la Tour Eiffel ( oui encore elle, Paris se résume à elle, c'est comme ça, vous vous y ferez ). http://www.hotel-design-secret-de-paris.com


Ainsi que le site Day Use Hôtel, pour une location de chambre d'hôtel, à l'heure la journée, ou à l'après-midi, pour les urgences-calins qui ne sauraient attendre le soir.


Un dîner ?




La Régalade, " bistrot gastronomique ". Table très proches les unes des autres, presque ambiance cantine, mais je garde le souvenir d'un velouté de foie gras à se damner ! 49 avenue Jean Moulin 75014. 

Sur un arbre perché, un nid douillet, entre cuisine inventive ( quand on n'a pas la moindre idée de ce qu'il y a dans notre assiette ), et massage Shiatsu. J'avais aimé les mélanges de viandes et de poissons, et les épices inconnues. A choisir entre les balançoires pendues sous l'arbre, ou les cabanes dans ses branches. http://surunarbreperche.com/

La Créole, cuisine traditionnelle créole, dans un cadre typique. Ti'punch coco, columbo et blanc-manger sur nappe en madras. http://www.la-creole.fr/

Blue Elephant, un dépaysement impressionnant une fois la porte franchie. Bienvenue dans la jungle thaïlandaise ! Avec serveurs en costume traditionnel, et vaisselle typique. Cuisine aussi étonnante qu'épicée. Service voiturier très appréciable dans ce quartier. Je conseille le menu découverte, 5 entrées, 5 plats, et 5 desserts, pour goûter à toutes leurs spécialités. http://www.blueelephant.com/paris/

€€

La Romantica, une villa italienne à quelques minutes de Paris ( Clichy 92110 ). Fondez pour ses pattes fines roulées dans une meule de parmesan flambée à votre table. http://laromantica.fr/

Devant-vous, la tradition du Teppan Yaki : le chef japonais cuisine sur une plaque chauffante incrusté à la table. Plaisir du spectacle avant de commencer le repas. Attention, ce sont des tables de 6 ou 8 personnes, et ils les remplissent ( pas de tête-à-tête en amoureux, pas de sélection des voisins de table ). 80 rue de Richelieu, 75002.

€€€

Le Grand Venise, le haut de gamme de la restauration italienne, dans un cadre somptueux. Apéritif fait de dégustations d'huiles d'olive. Puis à prendre impérativement en entrée les Antipastis, 13 plats laissés à volonté à table. Mais gardez une place pour votre plat principal, votre dessert, et les gourmandises servies avec le café ( qui correspondent à 3 fois votre dessert ^^ ). Un festin très copieux, à éviter avant une sortie en club. 171 rue de la Convention, 75015.


Ainsi que les sites tels que La Fourchette, ou Sortir Au resto, ou les critiques gastronomiques sur les blogs des grands journaux ( Figaro, Express, voir Biba ), pour cibler un resto à proximité de votre lieu de sortie du soir, ou de votre hôtel.


Un déjeuner ?


Je me rends compte à l'écriture de cet article que je ne connais pas de restaurant à conseiller pour un déjeuner parisien. J'ai rarement eu l'occasion de déjeuner sur Paris, et j'avoue mon addiction pour les nuggets du MacDo ou pour la chaine Planet Sushi.

Pour un déjeuner parisien, je vous recommande donc les brasseries-bistrots typiques, en terrasse l'été.
Zinc, machine à bière pression, tables rondes avec parasols et cendriers publicitaires, banquettes en skaï, serveur en tablier blanc, steak tartare-frites-1 feuille de salade-1 rondelle de tomate-crème brûlées ou fondant au chocolat-café.
A choisir au coup de coeur, en flânant dans les rues, sans recherche de standing, mais de tradition parisienne.
Pour les cinéphiles : café des Deux Moulins, 15 rue Lepic, 75018, où travaille Amélie Poulain dans son film éponyme.


Un goûter ?


Des macarons, Ladurée ou Pierre Hermé, choisis ton camp camarade !

Une pâtisserie chez Carette, Trocadéro ou Place des Vosges, en terrasse aux beaux jours.

Une glace Berthillon, en cornet à emporter, et à lé... déguster à pied sur les quais de seine.



Un brunch dominical ?


€€

Pershing Hall, ( le restaurant de l'hôtel du même nom, qui n'est pas réservé aux clients des chambres ). Pour se régaler dans une cour intérieur d'immeuble moquettée ( la surprise à l'arrivée ! ), sous une verrière, et décorée d'un mur végétal. http://pershinghall.com/fr/restaurant.html
( à lire chez  Blissinthecity, chez Angie, chez Une fille tout simplement, et chez Ellea. Contrairement à ce que ces témoignages pourraient laisser croire, ce brunch n'est pas réservé aux filles ^^ ).

D'autres brunch sur OùBruncher.com.


Un bar ? 


Le Latin Corner, clientèle féminines ( hommes acceptés si accompagnés ), moyenne d'âge 18 ans - 18 ans et 1 jour, ambiance enterrement de vie de jeune fille, entre clientèle en délire, et gogo danceur en string. Pour un verre gratuit, on laisse son soutien-gorge à l'entrée ( précision : on se le fait " voler " par Hercule, le gogo bodybuildé aux dents émail diamant ). Puis on commande un cocktail au nom évocateur, pour finir par le " Sperme du serveur ", une bombe de chantilly, servie SUR le gogo danseur. En fin de soirée l'ambiance monte autant que le QI baisse, et qu'est-ce que c'est bon ce bain de niaiseries ! 12 rue de la Huchette, 75005.

L'Urgence Bar, pour boire son cocktail dans un biberon ! Ambiance école de médecine, et cocktails réputés. http://www.urgencebar.com/

Le Bar, recommandé en commentaire par Alexis de Facebook pour son ambiance sulfureuse, proche de celle d'un club libertin. 27 rue Condé, 75006.



Une après-midi shopping ?


Passage obligatoire par la boutique Chantal Thomass rue Saint-Honoré. Un boudoir érochic dans le ton habituel de la marque : le velours rose.

La Musardine, librairie érotique et éditeur d'ouvrages sur ce thème ( série " Osez..." ).


Un Love Store ?

Finis les sex shop glauque de Pigale ! Le commerce érotique se modernise, s'embellit, et se féminise. Le rideau noir devient un cocon glamour.
Passage du désir, Yoba, 1969, Dollhouse, Concorde.


Un spa ?


Envie de la détente d'un spa pour vous remettre de votre folle soirée, mais pas d'un sauna libertin, pour des infrastructures plus professionnelles, et des prestations verticales à la carte ?
Voici une liste de spa que j'ai beaucoup appréciés, à chaque fois pour des formules hammam ( savon noir, gommages exfoliant, etc...) + massages.

J'insiste sur le fait qu'il s'agit de spa verticaux ! Et d'esthéticiennes, masseuses, modeleuses, manucureuses, coiffeuses, employées de spa, etc... pas un autre métier...
Il est parfois possible de privatiser le hammam ou d'avoir une cabine double-place pour les soins à la carte. Mais toute dérive ne serait je le pense ( je l'espère ! ) non-tolérée.

Les bains du marais, service voiturier, restauration. Attentions journées mixtes et non-mixtes.

La sultane de saba, testé rue Boissière, réservé aux femmes.

L'escale orientale, hammam privatif pour 1 à 6 personnes. Cabine de soins double-place.

Les accès aux hammams et les soins à la carte de ces spa ne se font que sur réservation.


Guide de survie parisienne :


Le trafic.
Un cauchemar quand on n'est pas blindé depuis sa naissance ( et qu'on traite cela par le mépris profond ^^ )... Le site qui nous sauvera : Sytadin, l'état du trafic en temps réel, pour connaitre les points de travaux, les quais de seine inondés, les portes de périf' fermées pour les manifs', etc...
A bannir : les abords des stades et des Champs Elysées les soirs d'évènements sportifs.
Prévoyez large, voir très large aux heures de pointes, c'est à dire tout le temps sauf entre 11h et 15h, et après 21h. Oubliez le temps indiqué par votre GPS, il vous ment. Toujours.
En parlant de GPS : on ne lui programme pas le lieu où l'on souhaite aller, mais le parking public correspondant à ce lieu ( à chercher sur le net avant de partir ). Sinon vous pourrez tourner longtemps après être passé devant votre lieux de sortie... Sauf quartiers exceptionnels où on peut envisager de se garer à moins de 1 500m, c'est à dire de l'autre côté du périf'.



Le métro.
Je recommande le métro pour vos villégiatures de journées ( ticket à la journée, ou pass week-end ), mais pas le soir, le métro fermant plus tôt que les clubs, et ré-ouvrant plus tard. Faites appeler votre taxi par le club, ils ont l'habitude.



Le vélib.
Ne choisissez pas ceux qui, dans leur garage de stockage, ont leur selle retournée vers l'arrière par leur précédent utilisateur, c'est le code pour dire qu'il roule mal, et prévenir les agents d'entretien de le retirer du garage de stockage quand ils y passeront.
L'inconvénient du vélib c'est qu'il n'y en a jamais à la station où l'on souhaitait les prendre, et que la station où l'on souhaitait les poser est pleine. Mais zen, c'est le week-end, on roule jusqu'à la station suivant, heureusement il y en a beaucoup.


L'Autolib.
C'est tout nouveau, il n'y a pas encore beaucoup de stations. Et surtout pas de système de poteau rétractable pour empêcher les autres voitures de se garer sur ces places ( je n'ai pas encore vu une seule station Autolib respectée...). Donc risque de ne pas pouvoir déposer l'Autolib et de devoir aller à la station ( beaucoup ) plus loin. ( et là c'est franchement plus embêtant qu'un Vélib...)
A utiliser dans quelques temps, quand le système sera mieux rôdé.



Les gares ou aéroports.
Toutes les gares de paris intra-muros sont reliées au métro. Orly et Roissy aussi, mais sont bien plus loin, et par navette avant l'accès au métro. Comptez parfois plus d'1h pour votre trajet hôtel-aéroport.


Disneyland ?
On m'a demandé mon avis sur une association week-end libertin/journée à disney ? Je ne le recommande pas. Disney c'est physiquement épuisant, je vous vois mal sortir en club après une journée de marche et de files d'attente. C'est surtout une longue journée si on veut optimiser le ticket d'entrée, en partant tôt le matin ( exit la grasse mat, et disney c'est en grande couronne, il faut y aller.. ), et en faisant la fermeture du soir.
Préférez les flâneries dans paris, avec pauses dèj/goûters/photos/banc public et ses pigeons, vous serez encore en forme le soir.




Merci à mes amis ou connaissances parisiennes pour leur aide à l'écriture de cet article, ou pour les liens piqués chez eux ^^.